Le conseiller financier : toujours l’interlocuteur privilégié ?

Alors que la digitalisation pénètre de plus en plus le secteur de la finance, le facteur humain reste très important pour la majorité des Français.

Les Français et le conseil

Il y a 30 ans, voici le genre d’outils que les Français se voyaient proposer pour mieux gérer leur épargne…

Vous pensez que les choses ont changé ?

Même si les technologies connaissent un développement important dans le secteur de la finance, le facteur humain reste prépondérant. En effet, et alors même que de nombreuses polémiques lui prédisaient des temps plus difficiles, le conseiller financier demeure l’interlocuteur privilégié des Français lorsqu’il s’agit d’argent, qu’il s’agisse de savoir comment obtenir le meilleur taux pour son épargne, économiser pour la retraite ou créer une entreprise. Cela devrait rester vrai à l’avenir, compte tenu de la considération dont il bénéficie auprès des jeunes. Cela plus encore s’il sait s’appuyer sur de bons outils technologiques.
 

Le professionnalisme des experts toujours sollicité

Le digital bouleverse la société. Internet est omniprésent dans le quotidien des Français et guide de plus en plus la prise de décision dans de nombreux domaines de la vie courante. Pourtant, dans la gestion de leur patrimoine financier, les Français ne semblent pas encore vouloir s’y fier à 100% : Internet, en tant que source d’information et de conseils financiers, n’arrive qu’en troisième position, loin derrière le conseiller financier et juste après la famille.

Les sources privilégiées des Français pour obtenir des conseils sur leurs finances pour l’avenir :

Graphique conseiller source d'info privilégiée

Le rôle du conseiller financier devrait rester prépondérant dans les années à venir, puisque même chez les 16-24 ans, pourtant plus familiers aux usages d’Internet, il demeure la source d’information privilégiée. Le facteur humain reste très important. Alors que la digitalisation pénètre de plus en plus le secteur de la finance, 84% des Français souhaitent encore être conseillés par un expert plutôt que par un robo-advisor ou un algorithme.
 

Les nouvelles technologies, en renfort du conseiller

Les nouvelles technologies – on parle souvent de « fintech » – ont un rôle à jouer pour accompagner les épargnants dans leurs investissements. Les Français perçoivent le développement d’outils technologiques comme un moyen simple pour suivre l’évolution de leur épargne, les aider à choisir la meilleure option et contrôler facilement leurs produits en ligne ou sur leur smartphone ou tablette.

Conseiller et technologie forment un duo gagnant qui allie l’expertise, l’accompagnement et la personnalisation du premier au développement de nouveaux outils en matière d’investissement de la seconde. La technologie vient ainsi en soutien du conseiller et renforce la précision et le caractère objectif de son conseil. Ce duo gagnant est de nature à accroître globalement la confiance des investisseurs, mais aussi à faciliter leur processus d’investissement et le suivi de leurs placements.

Les Français réclament :

Graphique outils qui pourraient inciter les épargnants français à investirVisuel outils qui pourraient inciter les épargnants français à investirVisuel moyen suivi placements en ligne


Si la connaissance du client restera l’apanage du conseiller financier, la traduction d’analyses poussées que seuls des outils digitaux seront en mesure de mener, viendra améliorer et conforter la proposition d’investissements adaptés. La construction d’outils digitaux de simulation permet d’affiner la compréhension de l’épargnant et de personnaliser encore davantage le conseil.