Elections législatives au Royaume-Uni

09/06/2017

Parlement « suspendu » : les conservateurs perdent la majorité absolue

A la surprise générale, le parti conservateur perd sa majorité absolue au parlement britannique mais devrait être en mesure de former une coalition avec le DUP (Parti Unioniste Démocrate).

 

Que s’est-il passé ?

 

•    La perte de la majorité absolue des conservateurs conduit le parlement dans une situation de "hung parliament", littéralement "parlement suspendu". Si le parti des conservateurs reste la première force politique du pays, en totalisant 42% des voix, il s’agit tout de même d’un désaveu pour le gouvernement actuel avec la perte de la majorité absolue. Le parti d’opposition, le Labor, renforce quant à lui sa présence au parlement, en récoltant 40% des suffrages.
•    Face à la surprise des résultats et en dépit de la période d’incertitude qui s’ouvre, les marchés ont fait preuve de résilience. Ils avaient pourtant largement anticipé et intégré dans leurs cours la victoire du parti conservateur dans la mesure où les sondages laissaient présager d’une victoire de Theresa May, qui parviendrait ainsi à renforcer sa majorité au parlement.

 

Impact sur les marchés

 

•    Bien que les résultats constituent une surprise et ouvrent une période d’incertitude, les marchés réagissent assez peu et font preuve de résilience. L’indice Footsie gagnait 0,82% à l’ouverture tandis que l’Eurostoxx accentuait ses gains pour les porter à 0,9%. En Asie, l’indice Hang Seng consolidait de 0,1% tandis que le Topix oscillait affichait un gain symbolique de 0,08% . A Wall Street, les futurs sur indices prédisent une ouverture autour de l’équilibre.
•    Sur le marché des changes, le sterling a réagi à la nouvelle en perdant du terrain face aux autres devises. La livre sterling tombe à 1,27 contre le dollar et revient se négocier autour des 1,13 contre l’euro.   
•    Sur le marché obligataire, le rendement du gilt se détend de 1.8 point de base. Ailleurs en Europe, les obligations françaises perdaient 1,6 points de base tandis que le Bund allemand grappillait 0,1 point de base. Idem aux Etats-Unis, où les bons du trésor remontent de 1,2 points de base.*


Notre analyse

 

•    La stratégie du gouvernement pour négocier le Brexit reste évidemment la principale inquiétude des marchés alors que les résultats des élections rendront les négociations avec l’Europe encore plus compliquées. A ce stade, il est encore difficile de savoir quelle sera la composition exacte du parlement. Alors que le parti conservateur a été clair sur le fait que le Brexit se traduirait par un retrait du marché unique, la perte de la majorité absolue a sapé sa capacité à négocier avec l’Europe, même si à ce stade nous pensons  que le Royaume-Uni poursuivra dans cette voie. En toile de fond cependant, l’incertitude politique devrait se poursuivre alors que la nouvelle composition du parlement pourrait entraver le pouvoir de négociation du gouvernement.
•    Les rendements britanniques devraient continuer d’être soutenus par la politique monétaire accommodante de la Banque d’Angleterre (BoE) qui ne devrait pas remonter ses taux directeurs à moyen terme. Toutefois, nous anticipons que la faiblesse de la devise britannique pourrait alimenter l‘inflation, poussant ainsi les points morts et les anticipations d’inflation plus haut. Les politiques domestiques qui seront mises en place pour répondre à ce nouveau contexte seront également déterminantes. Theresa May comptait faire preuve de flexibilité dans sa politique d’assainissement des finances publiques, mais il y a un risque de voir les taux d’intérêt remonter si le gouvernement persiste à relâcher la pression sur l’austérité, en réponse à la débâcle électorale.
    
•    La faiblesse de la devise britannique sera l’élément susceptible d’avoir le plus d’impact sur les marchés actions dans la mesure où la plupart des grandes capitalisations sont très exposées à l‘international et accueilleraient favorablement un regain de compétitivité. Toutefois, le renforcement de l’incertitude pourrait amortir les effets positifs de la dévaluation sur la croissance économique. Plus précisément, étant donnée la probabilité plus grande de voir un brexit «chaotique» se mettre en place, nous nous attendons à ce que les conditions d’investissement et la confiance se détériorent.  

 

Prochaines étapes

 

•    Face à autant d’incertitude politique, la prochaine étape pour Theresa May sera de former un nouveau gouvernement, vraisemblablement en formant une coalition avec le soutien du Northern Ireland’s Democratic Unionist Party (DUP).
•    Les négociations autour du Brexit sont censées débuter dans dix jours, le 19 juin. Le nouveau gouvernement britannique va devoir aller vite. Le commissaire européen Michel Barnier a suggéré que les discussions devraient tout d’abord se focaliser sur les droits des citoyens européens résidents au Royaume-Uni et acter la séparation du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Les élections allemandes qui sont programmées le 24 septembre pourraient éclipser le processus de négociation du brexit.
 



* Chiffres arrêtés à 11h15, le 9 juin 2017. Source: Bloomberg


Ce document est réservé exclusivement à des clients professionnels au sens de  la directive MIF (Directive 2004/39/CE). Ne pas rediffuser.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information. Il ne constitue ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement. Il a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.

Ainsi, compte tenu du caractère subjectif et indicatif de ces analyses, nous attirons votre attention sur le fait que l'évolution effective des variables économiques et des valorisations des marchés financiers pourrait s'écarter significativement des indications (projections, estimations, anticipations et hypothèses) qui vous sont communiquées dans ce document. En outre, du fait de leur simplification, les informations contenues dans ce document peuvent n’être que partielles. Elles sont susceptibles d'être modifiées sans préavis et AXA Investment Managers n’est pas tenu de les mettre à jour systématiquement.

Toutes ces données ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques, et de marché. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, ont été établi à la date de publication de ce document.

Les destinataires de ce document s’engagent à ce que l'utilisation des informations y figurant soit limitée à la seule évaluation de leur intérêt propre en considération des stratégies visées. Toute reproduction partielle ou totale des informations ou du document est soumise à une autorisation préalable expresse de la Société.AXA Investment Managers Paris –  Tour Majunga - 6 place de la Pyramide 92908 Paris La Défense cedex – France. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-08 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.
© AXA Investment Managers 2017. Tous droits réservés.