Résumé macro global - Décembre 2017

Nos publications
2 janvier 2018

Aux Etats-Unis, le marché du travail a progressé avec 228 000 créations nettes d’emplois en novembre, un chiffre au-dessus des attentes (+195 000 anticipé) et qui souligne la bonne tenue du marché du travail américain. La croissance du troisième trimestre 2017  a été révisée une seconde fois, légèrement à la baisse à +3,2% en variation trimestrielle annualisée (après +3,1% au deuxième trimestre, une première estimation à +3,0% et une seconde à +3,3%). L’inflation a augmenté à 2,2% en glissement annuel en octobre (après 2,0% en octobre), avec une inflation sous-jacente qui diminue légèrement à 1,7% (après 1,8%). De même, les salaires continuent d’afficher une dynamique positive, progressant de 2,5% en glissement annuel en novembre. Dans ce contexte, la Fed a débuté la réduction de son bilan à un rythme mensuel de $10Mds et a procédé à une hausse de taux directeurs lors de sa réunion des 12-13 décembre. Par ailleurs, le Congrès a voté le budget américain pour l’année 2018 ainsi que la réforme fiscale proposée par l’administration Trump.

 

Au Royaume-Uni, la croissance du troisième trimestre est apparue à +0,4% en rythme trimestriel, au-dessus des attentes (+0,3% anticipé) et après +0,3% au deuxième trimestre. La production industrielle est restée stable en octobre (0,0% en rythme mensuel) après avoir augmenté de 0,4% entre août et septembre. L’inflation a augmenté à 3,1% en novembre en glissement annuel, son plus haut niveau depuis 2012. Enfin, les négociations autour du Brexit ont avancé avec notamment un accord entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne concernant la contribution financière. Les discussions peuvent désormais se tourner vers la question des futurs liens entre le Royaume-Uni et l’UE.

 

En zone euro, la croissance du troisième trimestre a été confirmée à +0,6% en rythme trimestriel (après +0,7% au trimestre précédent). Par pays, elle a été révisée à la hausse à +0,6% pour la France (après une première estimation à +0,5%) et à la baisse à +0,4% en l’Italie (première estimation à +0,5%). En France, ce chiffre s’explique par la bonne contribution de la consommation des ménages et de l’investissement alors que le commerce extérieur continue de peser négativement. En Italie ainsi qu’en Espagne, l’activité a été soutenue essentiellement par la demande intérieure. En Allemagne, la bonne tenue de la demande (intérieure comme extérieure) et la résilience de l’investissement expliquent la bonne performance économique. Le taux de chômage dans la zone euro a diminué en octobre à 8,8%, au plus bas depuis mars 2009. L’inflation a augmenté en novembre à 1,5% en glissement annuel, et l’inflation sous-jacente est stable à 0,9%. Dans ce contexte, la réunion du 14 décembre de la Banque Centrale Européenne a vu peu de nouveautés, rappelant les décisions prises en octobre de réduire les achats d’actifs, passant à un rythme mensuel de €30Mds de janvier à septembre 2018.

 

Au Japon, la croissance au troisième trimestre a été fortement révisée à la hausse à +2,5% en variation trimestrielle annualisée soit une révision de 1,1 point par rapport à la première estimation. Celle-ci résulte principalement d’un solide rebond de l’investissement privé et de la contribution positive des stocks. L’inflation est apparue stable à 0,7% en glissement annuel en novembre.

 

En Chine, l’activité a légèrement décéléré au troisième trimestre, à +6,8% en glissement annuel après +6,9% au trimestre précédent. Les dernières données continuent de pointer vers un ralentissement malgré un certain rebond : la production industrielle a crû de 5,1% en novembre en rythme mensuel annualisé après 2,5% en octobre, les ventes au détail continuent de progresser à un rythme d’environ 10% en novembre en glissement annuel, et les investissements continuent de croître de 7,2% en glissement annuel (après 7,3% en octobre). Par ailleurs, les autorités poursuivent leurs réformes macro-prudentielles. La banque centrale a augmenté de 5pdb l’un de ses taux directeurs afin de signaler son engagement à réduire l’endettement dans le pays.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue pas de la recherche en investissement ou une analyse financière concernant des opérations sur des instruments financiers tels que définis par la Directive MIF (2014/65/CE), et ne constitue pas de la part de AXA Investment Managers ou de ses sociétés affiliées ni une proposition d’acheter ou de vendre des produits ou services d’investissement, ni une sollicitation ou un conseil en investissement, légal ou fiscal, ni une recommandation pour une stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres. Il a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.

Toutes ces données ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques, et de marché. La responsabilité d’AXA IM ne saurait être engagée par une prise de décision sur la base de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, ont été établi à la date de publication de ce document. Du fait de leur simplification, les informations contenues dans ce document sont partielles.

Du fait de la nature subjective de ces opinions et analyses, ces données, projections, prévisions, anticipations et/ou hypothèses ne sont pas nécessairement suivies ou utilisées par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA IM ou de ses affiliés, qui peuvent agir en s’appuyant sur leurs propres opinions. Toute reproduction partielle ou totale des informations ou du document est soumise à une autorisation préalable expresse d’AXA IM.