Résumé macro global - 2017

Nos publications
2 janvier 2018

L’année 2017 a surtout été marquée par des événements politiques : les élections en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, le référendum catalan, les négociations du Brexit, le début de l’enquête Mueller aux Etats-Unis ainsi que la réforme fiscale américaine votée en toute fin d’année. L’activité en zone euro a surpris positivement tout au long de l’année. La normalisation de la politique monétaire s’est poursuivi aux Etats-Unis et s’amorce dans les autres zones ; la Banque centrale européenne (BCE), la Banque du Japon (BoJ) et la Banque d’Angleterre (BoE) devraient progressivement sortir de leur politiques accommodantes.

Aux Etats-Unis, la croissance économique était solide en 2017, autour de +2,2% après +1,6% en 2016. Le moteur principal de cette expansion est la consommation des ménages, alors que l’investissement privé demeure quelque peu déprimé. Le marché du travail a poursuivi son amélioration avec une baisse du chômage à 4,1% en fin d’année versus 4,6% fin 2016. L’amélioration de l’emploi combinée au regain de l’inflation (autour de 2,1% en 2017 après 1,3% en 2016) ont poussé la Réserve fédérale (Fed) à augmenter ses taux trois fois, les amenant dans une fourchette de 1,25% à 1,50% fin 2017. L’administration américaine a temporairement inquiété les marchés suite aux difficultés rencontrées pour passer ses réformes, mais a tout de même délivré une réforme fiscale en décembre 2017 qui devrait soutenir l’activité économique en 2018.

En Europe, les principales échéances électorales n’ont pas donné formes aux craintes populistes : l’élection d’Emmanuel Macron en France, la réélection de la Chancelière Angela Merkel mais surtout une extrême-droite peu représentée à l’Assemblé Nationale française et qui plafonne à 10% des voix en Allemagne ont été des soulagements pour les investisseurs. Au Royaume-Uni, la Premier ministre T. May a appelé à des élections anticipées en juin, nécessitant une coalition avec le parti nord-irlandais DUP. En Catalogne, un référendum illégal sur l’indépendance régionale s’est tenu dans un climat de tension et de violence le 1er octobre et a conduit le gouvernement central espagnol à prendre les commandes de la région, dissoudre le parlement régional et organiser de nouvelles élections. Ces dernières, le 21 décembre, ont de nouveau placé en position de force les séparatistes catalans. Du côté de l’activité, la zone euro a connu une année particulièrement solide et a surpris à la hausse tout au long de 2017. La croissance devrait s’établir autour de 2,2% (contre des prévisions autour de 1,4% début 2017) après 1,7% en 2016. Les éléments moteurs ont été la consommation des ménages et l’investissement, soutenus par un regain de confiance et des taux d’intérêt faibles. La reprise du commerce mondial a aussi profité à la zone euro.  Le marché du travail continue de s’améliorer progressivement, le taux de chômage passant de 9,7% fin 2016 à 8,8% fin 2017, au plus bas depuis janvier 2009. L’inflation s’établit autour de 1,5% en moyenne en 2017 après 0,2% en 2016. La BCE a amorcé la normalisation de sa politique monétaire et a annoncé en octobre une réduction de son programme d’achat d’actifs de 60 Mds€ par mois à 30 Mds€ à partir de janvier 2018. Au Royaume-Uni, le PIB a ralenti en 2017 avec une croissance de 1,5% après 2,0% en 2016, tandis que l’inflation atteint des sommets, à 2,7% en moyenne en 2017 (0,7% l’année précédente), essentiellement sous l’effet de la dépréciation de la livre sterling. Dans ce contexte, la BoE a augmenté son taux directeur de 25 pdb en novembre et entamé une normalisation, s’inquiétant d’un ralentissement économique structurel.

La croissance japonaise a surpris à la hausse (autour de 1,7% en 2017 après 0,7% en 2016), principalement soutenue par l’investissement privé, tandis que la consommation des ménages peine toujours à rebondir. L’inflation reste faible mais devrait être positive en 2017 autour de 0,4% en moyenne (après -0,1% en 2016). Le contrôle de la courbe des taux, instauré en septembre 2016 par la BoJ, semble porter ses fruits avec un découplage des autres marchés obligataires.

Les inquiétudes concernant de possibles mesures protectionnistes de l’administration américaine ont diminué mais celles autour de la renégociation de l’accord de libre-échange Nord-Américain (ALENA) restent importantes. Par ailleurs, la croissance chinoise est restée stable en 2017 (6,8% après 6,7% en 2016) alors que Pékin poursuit la mise en place de réformes macro-prudentielles. Le Brésil et la Russie sont sortis de récession en 2017 et devraient afficher des croissances autour de 1,0% et 1,9% respectivement. 

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue pas de la recherche en investissement ou une analyse financière concernant des opérations sur des instruments financiers tels que définis par la Directive MIF (2014/65/CE), et ne constitue pas de la part de AXA Investment Managers ou de ses sociétés affiliées ni une proposition d’acheter ou de vendre des produits ou services d’investissement, ni une sollicitation ou un conseil en investissement, légal ou fiscal, ni une recommandation pour une stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres. Il a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.

Toutes ces données ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques, et de marché. La responsabilité d’AXA IM ne saurait être engagée par une prise de décision sur la base de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, ont été établi à la date de publication de ce document. Du fait de leur simplification, les informations contenues dans ce document sont partielles.

Du fait de la nature subjective de ces opinions et analyses, ces données, projections, prévisions, anticipations et/ou hypothèses ne sont pas nécessairement suivies ou utilisées par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA IM ou de ses affiliés, qui peuvent agir en s’appuyant sur leurs propres opinions. Toute reproduction partielle ou totale des informations ou du document est soumise à une autorisation préalable expresse d’AXA IM.