Changement climatique : quel est le coût de l’inaction ?

Le Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) a déclaré dans son dernier rapport qu' « il était plus probable » qu'improbable que les augmentations de température dépassent la limite de 1,5 degré visée par l’Accord de Paris. La COP 26 à Glasgow a été décrite comme « la dernière meilleure chance au monde de maîtriser le changement climatique galopant ».

Il est désormais crucial d’agir et la communauté mondiale a commencé à prendre les devants. Les États-Unis et la Chine – les plus gros émetteurs de CO₂ au monde – se sont engagés cette année à atteindre des objectifs de zéro émission nette, rejoignant ainsi la plupart des autres grandes économies qui ont déjà pris des engagements similaires.

Evaluer le coût de la transition

Le défi de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) à net zéro au cours des prochaines décennies est énorme et son coût est significatif.

L'Université de Princeton estime que les États-Unis devraient investir 2,5 trillions de dollars (11 % du PIB) d'ici 2030 pour atteindre leur objectif net zéro d'ici 2050. La Commission Européenne prévoit 3,5 trillions d'euros d’investissements au cours de la prochaine décennie (25 % du PIB) tandis que l'Université de Tsinghua en Chine estime que le plan chinois coûterait 138 trillons de RMB (environ 21,6 trillions de dollars) et 122 % du PIB au cours des quatre prochaines décennies[1].

Plus récemment, l'Agence Internationale de l'Energie a alerté sur le fait que le réchauffement climatique allait probablement empêcher d’atteindre l'objectif le plus conservateur de l'Accord de Paris, celui des 1,5 °C, et ce malgré la réalisation des engagements des gouvernements dans le temps imparti.

Elle a appelé à des progrès plus rapides dans la transition énergétique car elle prévoit un réchauffement à 2,1 °C d'ici 2100 dans le scénario actuel. A ce jour, l’agence estime que les engagements permettraient d’accomplir seulement 20 % des réductions d'émissions nécessaires d'ici 2030, pour que l'objectif net zéro d'ici 2050 reste une possibilité. Pour atteindre cet objectif, elle a déclaré que jusqu'à 4 trillons de dollars d'investissements annuels seraient nécessaires au cours des 10 prochaines années – dont la plupart devront être orientés vers les économies en développement[2].

Des investissements, pas des coûts

Pourtant, les éléments mentionnés ci-dessus doivent être vus comme des estimations de plans d'investissement plutôt que des coûts. Dans le sens où l'investissement apportera une impulsion positive à l'activité économique, soutenant directement la demande. Et au-delà de cette relance directe de l'activité, on peut s'attendre à des bénéfices potentiels supplémentaires, qui devraient tous intéresser les investisseurs, notamment :

  • La réduction des coûts : au cours des dernières décennies, l'investissement dans les panneaux solaires, stimulé par les subventions gouvernementales dans de nombreux pays, a entraîné une chute spectaculaire des coûts. Depuis 2010, le prix moyen des panneaux solaires a chuté de 82 % aux États-Unis, soit l'équivalent de 0,068 $ par kilowattheure (kWh), par rapport au charbon à 0,32 $ kWh, le solaire et l'éolien terrestre étant désormais les sources d'énergie les moins chères au monde[3]. Les investissements futurs dans d'autres technologies devraient probablement permettre de réduire également les autres coûts de transition.
  • L’augmentation de la productivité : l'investissement dans les nouvelles technologies devrait également accroître l'efficacité, renforcer la productivité globale et augmenter le potentiel de croissance économique.
  • Le fait de compenser/rattraper le sous-investissement et les externalités positives : les infrastructures sont un bien public et sont souvent sous-équipées dans les économies de marché. L'augmentation des investissements dans les infrastructures clés peut générer des externalités positives supplémentaires, par exemple l'augmentation de la résistance du réseau électrique
  • Des bénéfices pour la santé : la réduction du charbon et le passage décisif aux véhicules électriques réduiront les émissions de particules qui contribuent à la mauvaise qualité de l'air et qui créent une myriade de problèmes de santé associés, comme l'asthme par exemple. Moins de problèmes de santé devraient réduire les coûts futurs de soins de santé, abaissant le coût net de l'investissement initial

Le coût net estimé de l'évitement

L'évaluation des effets combinés est naturellement compliquée. L'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) a conclu qu'une « transition décisive » pourrait augmenter le PIB mondial de 2,5 % d'ici 2050. Là où le Fonds monétaire international (FMI) estime qu'en limitant la hausse des températures à 1,5°C, le PIB serait inférieur de 1% d'ici 2050[4].

Le Network for Greening the Financial System (NGFS) estime qu'un scénario compatible avec le net zéro réduirait probablement le PIB mondial d'environ 2 % d'ici 2050 jusqu'en 2100. Mais il s'attend également à ce qu'une « transition retardée » ait un coût nettement plus élevé, réduisant le PIB d'environ 5 % d'ici 2050, avant que les pertes ne soient réduites à environ 2,5 % d'ici 2100[5].

Le prix de l’absence d’atténuation du changement climatique

La comparaison avec les coûts d'un changement climatique non atténué est la plus frappante. Et bien que ces estimations soient bien entendu très incertaines, les prévisions n’en restent pas moins sombres.

Le NGFS prévoit que les pertes dépasseront 6 % du PIB mondial d'ici 2050, tandis que l'OCDE prévoit que d'ici 2100, les pertes totales devraient atteindre 10 à 12 % du PIB. Actuellement, le pire scénario proposé par le FMI prévoit une perte de production de 25 %[6].

Une complication supplémentaire dans l'évaluation des coûts d’évitement du changement climatique serait que les pertes se produisent à court terme et que les avantages ne s'accumulent qu'à beaucoup plus long terme. De plus, les coûts différeraient selon les économies et les zones géographiques. Différentes zones devraient subir plus ou moins de pertes de production résultant de l'atténuation du changement climatique et seraient affectées dans une plus ou moins grande mesure par le changement climatique lui-même.

Un avenir meilleur

Le coût de l'atténuation du changement climatique est sans aucun doute gargantuesque. Mais si le monde ne s'unit pas pour faire face à cette urgence, l’estimation des pertes potentielles associées au changement climatique incontrôlé serait beaucoup plus élevée du fait de l’augmentation du potentiel d'événements météorologiques plus extrêmes, de perturbations sociales et de perte d'activité économique.

Fondamentalement, si nous ne parvenons pas à passer à un monde à faibles émissions de carbone, l'intégrité globale de l'économie mondiale restera menacée. En passant à un monde à faible émission de carbone, nous avons la possibilité de prévoir un avenir économique plus fort et plus durable. La transition devrait aider de nouvelles technologies et industries à prospérer. Elle peut contribuer à générer une croissance économique absolue supplémentaire, des retours sur investissement plus durables et un meilleur environnement mondial pour tous.

Cliquez ici pour lire l’intégralité du papier de recherche (en anglais).

 

[1] European Commission, Princeton University, Tsinghua University and AXA IM Research, septembre 2021

[2] World Energy Outlook 2021 – Analysis - IEA

[3] International Renewable Energy Agency (IRENA) 2019

[4] OECD, IMF – AXA IM The cost of climate change: Action versus inaction | AXA IM Corporate (axa-im.com)

[5] NGFS / AXA IM The cost of climate change: Action versus inaction | AXA IM Corporate (axa-im.com)

[6] NGFS / IMF / AXA IM septembre 2021

Contacts

Hélène Caillet

+33 1 44 45 88 06

helene.caillet@axa-im.com

Julie Marie

+33 1 44 45 50 62

julie.marie@axa-im.com

Alexis Doublet

+33 1 44 45 84 03

alexis.doublet@axa-im.com

Servane Taslé

+33 6 66 58 84 28

servane@steelandholt.com

À propos d’AXA Investment Managers

AXA Investment Managers (AXA IM) est un gestionnaire d’actifs responsable qui investit activement sur le long terme pour la prospérité de ses clients, de ses collaborateurs et de la planète.

Avec environ 866 milliards d’euros d’actifs sous gestion à fin juin 2021, notre gestion de conviction nous permet d’identifier les opportunités d’investissement que nous considérons comme les meilleures du marché à l’échelle mondiale dans les différentes classes d’actifs alternatives et traditionnelles.

AXA IM est un leader sur le marché de l’investissement vert, social et durable, avec 568 milliards d’euros d’actifs intégrant des critères ESG, durables ou à impact, à fin juin 2021.

Nous nous sommes engagés à atteindre l’objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2050 pour l’ensemble de nos actifs, et à intégrer les considérations ESG dans nos activités, de la sélection des titres à notre culture d’entreprise en passant par la façon dont nous gérons nos opérations au quotidien. Nous souhaitons apporter de la valeur à nos clients grâce à des solutions d’investissement responsables, tout en suscitant des changements significatifs pour la société et l’environnement.

A fin juin 2021, AXA IM emploie plus de 2 488 collaborateurs dans le monde, répartis dans 26 bureaux et 20 pays. AXA IM fait partie du Groupe AXA, un leader mondial de l’assurance et de la gestion d’actifs.

Consultez notre site internet : www.axa-im.com

Suivez-nous sur Twitter @AXAIM et @AXAIM_FR

Suivez-nous sur LinkedIn

Visitez notre espace presse : www.axa-im.com/fr/media-centre

Publié par AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – 6, place de la Pyramide – 92908 Paris La Défense cedex. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-08 en date du 7 avril 1992. S.A. au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.

Ce communiqué de presse ne doit pas être considéré comme une offre, une sollicitation, une invitation ou une recommandation à souscrire un service ou produit d’investissement et est fourni à titre d’information uniquement. Aucune décision financière ne doit être effectuée sur la base des informations fournies. Ce communiqué de Presse est émis à la date indiquée. Il ne constitue pas une publicité financière telle que définie par le droit français. Il est émis dans un but d’information. Les performances passées ne sauraient préjuger des résultats futurs. Les opinions exprimées ne constituent pas un conseil en investissement, ne représentent pas nécessairement les opinions de l’une des sociétés du Groupe AXA Investment Managers et sont susceptibles de changer sans préavis.  Nous ne faisons aucune déclaration ni n’offrons aucune garantie explicite ou implicite (y compris à l’égard de tiers) quant à l’exactitude, la fiabilité ou l’exhaustivité des informations contenues dans ce document. Toute mention de stratégie n'est pas destinée à être promotionnelle et n'indique pas la disponibilité d'un véhicule d'investissement.