2020, une année prometteuse pour le marché des green bonds ?

Johann Plé, gérant de portefeuille chez AXA Investment Managers, commente l’évolution du marché des green bonds et ses perspectives.

  • Des émissions en hausse de 76% en 2019, avec 50% d’émetteurs supplémentaires
  • Des besoins en investissements « verts » colossaux et la diversification des projets et des émetteurs devraient porter la croissance du marché en 2020

Une économie verte reboostée en 2019 après une année 2018 difficile

2018 a parfois été qualifiée de premier revers pour le marché des obligations vertes, du fait des négociations autour du Brexit, du contexte de guerre commerciale et de l'incertitude politique en Italie qui pesaient sur l'appétit pour le risque. Cela avait provoqué des sorties de fonds historiquement importantes dans la plupart des catégories d'actifs. Dans ce contexte, le volume d’émission sur le marché obligataire mondial avait fortement diminué par rapport aux années précédentes, et la demande avait été plus timide.

En dépit de cela, le volume d’émission des obligations vertes s’était montré plutôt stable par rapport à 2017, raison pour laquelle nous avions annoncé que ce n’était pas la fin d’un cycle et que l’année 2019 serait verte.

Cela s’est confirmé rapidement début 2019, avec un volume d’émission en hausse de près de 10 milliards de dollars à fin février 2019 par rapport à la même période en 2018.Ceci ne marque pas pour autant la fin de la fin d’un cycle selon nous : nous sommes convaincus que ce marché continuera de se développer. 2019 commence fort, avec un volume d’émission en hausse de près de 10 milliards de dollars à fin février par rapport à la même période en 2018.

2019, une année record pour le marché des green bonds

2019 a été une année de très forte croissance pour le marché des obligations vertes. Si l'on se réfère à l'indice Ice BofAML Green Bond Index, le volume des émissions a atteint près de 150 milliards de dollars sur l'année, soit une hausse de 76 % par rapport à l'année précédente. La volonté des émetteurs de mettre en avant leur engagement pour une économie plus propre, l’appétit des investisseurs renforcé par des exigences réglementaires de transparence en matière environnementale et les multiples initiatives telles que la publication des « EU Green Bond Standards » ou la future taxonomie verte européenne sont autant de facteurs d’engouement pour cette classe d’actif.

Au-delà des émetteurs historiques tels que les entités supranationales ou autres agences d’Etat, cette dynamique a été soutenue par un grand nombre de nouveaux émetteurs qui ont décidé de rejoindre le marché des obligations vertes. 77 nouveaux émetteurs ont rejoint ce marché en 2019, entrainant une hausse du nombre d’émetteur vert dans l’univers de plus de 50% sur l’année pour atteindre un total de 224 émetteurs.

Deux catégories se sont distinguées et ont donné un vrai coup de pouce au marché des obligations vertes : les émetteurs souverains avec Hong-Kong, le Chili ou encore les Pays-Bas et les émetteurs privés non financiers. Ce dernier segment, dont la contribution avait pu être perçue comme marquant le pas en 2018, a fortement rebondi grâce notamment à l’impulsion de nouveaux secteurs comme celui des télécommunications. Associé à un secteur financier toujours aussi dynamique, au sein duquel on a pu voir les premières émissions d’assureurs européens, le marché du crédit a pris pour la première fois la tête du marché primaire en 2019 avec 55% du volume total d’émissions.

Avec plus de 400 milliards de dollars à son actif, le marché des obligations vertes s’impose progressivement comme une classe d’actif crédible au sein de l’univers obligataire, avec l’avantage d’un bénéfice environnemental transparent et quantifiable.

Espérons que la diversification grandissante en termes d’émetteurs, de secteurs d’activité, ou de régions qui accompagne cette croissance s’accompagnera également d’une plus grande diversification des projets financés. Des opportunités pertinentes allant au-delà de la réduction des émissions de gaz à effet de serre pourraient ainsi bénéficier de la dynamique de ce marché. C’est le cas de projets visant d'autres objectifs environnementaux tels que la protection des écosystèmes, l'utilisation durable de l'eau et des ressources marines, l'économie circulaire ou l'adaptation au changement climatique.

Vers une nouvelle année record en 2020 ?

Nous pensons que ce que nous avons vu en 2019 va très probablement se poursuivre, offrant à 2020 la possibilité d’établir de nouveaux records. De plus en plus de souverains sont désireux de souligner leur engagement à poursuivre les objectifs fixés lors de la COP 21 à Paris et sont donc susceptibles de devenir un moteur important du marché des obligations vertes dans les années à venir.

En parallèle, la dynamique du marché du crédit devrait rester soutenue. Au-delà des services aux collectivités et des banques au cours des dernières années, des entreprises au sein de nouveaux secteurs devraient progressivement franchir le pas, conscientes de la nécessité d’adopter une stratégie environnementale durable pour faire face aux challenges et opportunités du changement climatique, encouragées par les multiples initiatives menées par des entités comme la Climate Bond Initiative, et mieux informées sur le niveau d’exigence que requiert l’émission d’une obligation verte pour mettre en avant leur transition.

Aussi, rappelons que la croissance du marché des obligations vertes reste portée encore principalement par des émissions en Euro (62% du marché à fin décembre 2019), venant d’entités européennes. Une présence accrue d’émetteurs américains et émergents est donc à attendre au cours des années à venir.

Enfin, notons que les besoins en investissements verts sont colossaux. A titre d’exemple, le plan d'action de la Commission Européenne (publié en mars 2018) pour faire face aux risques climatiques indique un besoin de 180 milliards d'euros d'investissements annuels pour atteindre ses objectifs en matière d'émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030.

Ces chiffres laissent penser que le marché des obligations vertes à encore de beaux jours devant lui, mais aussi que de nouveaux instruments pourraient voir le jour pour accompagner cet effort d’investissement. En effet, la nécessité de changement et d’investissement ne se résume pas aux entreprises les plus propres et aptes à émettre des obligations vertes. Des instruments comme les « transition bonds », dont AXA IM est à l’initiative, pourraient également aider à impliquer davantage de secteurs, les incitant à changer leur manière d’opérer et à s’engager dans la lutte contre le changement climatique.

Contacts

Hélène Caillet

+33 1 44 45 88 06

helene.caillet@axa-im.com

Fanny Vidal

+33 1 44 45 91 38

fanny.vidal@axa-im.com

Claire Guermond

+33 1 79 74 80 13

claire@steeleandholt.com

Servane Taslé

+33 6 66 58 84 28

servane@steeleandholt.com

A propos d’AXA Investment Managers

AXA Investment Managers (AXA IM) est un investisseur global et multi actifs, qui s’appuie sur une approche active et de long terme pour offrir à ses clients les solutions dont ils ont besoin pour sécuriser l’avenir de leurs investissements tout en ayant un impact positif sur la société. Avec environ 801 milliards d’euros d’actifs sous gestion à fin septembre 2019, AXA IM emploie plus de 2 350 collaborateurs dans le monde répartis dans 30 bureaux et 21 pays. AXA IM fait partie du Groupe AXA qui compte parmi les leaders mondiaux de la protection financière et de la gestion de patrimoine.

Consultez notre site internet : www.axa-im.com 
Suivez-nous sur Twitter @AXAIM et @AXAIM_FR 
Suivez-nous sur LinkedIn 
Visitez notre espace presse : www.axa-im.com/fr/media-centre

Ce communiqué de Presse est émis à la date indiquée.

Cette communication promotionnelle ne constitue pas, de la part d’AXA Investment Managers Paris, une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal. Du fait de sa simplification, cette communication peut être partielle et les opinions, estimations et scénarii qu’elle présente peuvent être subjectifs et sont susceptibles d'être modifiés sans préavis. Préalablement à toute souscription, l’investisseur doit prendre connaissance du prospectus et du document(s) d’information clé pour l’investisseur concernés qui fournissent tous les détails du produit, y compris les coûts et charges ainsi que les risques. L’information contenue dans la présente communication ne saurait se substituer à celle de ces documents ou à un conseil professionnel externe.

Le Fonds cité est autorisé à la commercialisation en France.

Certaines de ces données ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques, et de marché. En fonction de la date d’édition, les informations présentées peuvent être différentes des données actualisées.

L’information concernant le personnel de l’équipe Framlington Equities d’AXA Investment Managers et/ou AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions dans l’équipe Framlington Equities d’AXA Investment Managers et/ou AXA Investment Managers.

AXA World Funds – Framlington All China Evolving Trends est un des compartiments d’AXA World Funds. AXA WORLD FUNDS est domicilié au 49 avenue J.F Kennedy, L-1855 Luxembourg. AXA World Funds est une SICAV luxembourgeoise UCITS agréée par la CSSF, enregistrée au Registre du Commerce et des Sociétés sous le numéro RC Luxembourg B-63. 116.

Publié par AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.