Investissement responsable

Did 2020 deliver a premium for the top ESG equities?

There is no shortage of studies highlighting that investors increasingly want their portfolios to be not only financially rewarding but also responsible. It appears that not even the dramatic events of 2020 could put the brakes on this. The 12 months proved to be a boon for responsible investing where in the US, sustainability-focused funds attracted more than $51bn in net new money – a new record and more than twice the 2019 total.[1] A similar picture emerged in Europe, where strategies available to European investors attracted net inflows of €233bn, double that of the previous year.[2]

But beyond asset gathering, our own research suggests that environmental, social and governance (ESG) screening may have delivered a premium during the period when positive news was in short supply. In fact, our analysis of the MSCI All Country World Index (ACWI) in 2020 found that excluding stocks with poor ESG factors delivered a markedly better performance than the benchmark index.

Below we outline how we found that ESG-focused investors, on average, potentially fared better during the tumultuous year.

Mitigating risk

A key part of responsible investing in equities is avoiding stocks with high ESG-related risks. At AXA IM, we employ a screening policy to the vast majority of our assets under management, and we exclude companies that fall into certain categories.

These include controversial weapons, climate risk, ecosystem protection and deforestation, as well as soft commodities, where we aim to avoid short-term financial instruments which may contribute to price inflation in staples such as wheat, rice, or soy. We call these our Sectorial policies.

In addition, many of our strategies apply our ESG Standards policy, with additional exclusions based on severe controversies, white phosphorous, tobacco and low ESG quality.

With the dual aim of delivering sustainable long-term value as well as making a positive impact on society, we wanted to examine whether excluding stocks based on ESG factors makes a positive, negative, or broadly neutral contribution to returns.

Return analysis

We took the MSCI ACWI index and excluded stocks that would be removed according to our Sectorial and ESG Standards policies, on a market capitalisation-weighted basis. This meant jettisoning 5% of the MSCI ACWI from our universe.

We found that both these exclusion policies had a positive impact on benchmark return over the year, particularly our ESG Standards Policies which saw an excess return of 3.22 percentage points (ppt) versus the MSCI ACWI in US dollar terms across 2020.[3]

In combination, the exclusion policies added 3.71 ppt to benchmark performance, with an ex-post tracking error (a measure of risk that tracks the variability between portfolio and benchmark returns) of 1.37%. (Exhibit 1)

Exhibit 1:  Eligible universe relative returns versus MSCI ACWI over one year

While this data shows performance in 2020, no two years are of course the same, and past performance should never be used as an indicator of future returns. However, the excess performance of the universe after exclusions, compared to the benchmark, reinforces our view that companies with better ESG metrics represent potentially better investment opportunities than firms with poor scores.

We use our own ESG scoring methodology to evaluate the ESG performance of companies globally, giving them a score between 0 and 10, and aim to minimise our exposure to companies with an ESG score of below two. Our resulting low ESG Score category, which forms part of the AXA IM ESG Standards policy, excludes stocks with an ESG score of two or lower – which we acknowledge could add an element of size and sector bias to the data. Our Sectorial policies will also add sector biases as we screen out names with climate risk implications for example.

However, Exhibit 2 shows the breakdown of our exclusion universe against the benchmark by market capitalisation. The eligible investment universe is slightly overweight in stocks with a market capitalisation of more than $100bn. But most of the outperformance of this universe versus the benchmark can be attributed to the selection effect across almost all market capitalisation categories. Similarly, an attribution by sector shows 3.44 ppt of the outperformance came from selection effect across all sectors.

Exhibit 2: Comparison of weights, returns and attribution analysis

Was there an ESG premium in 2020?

Using the same MSCI ACWI benchmark index, with an equal weighted weighting scheme, we split the universe into the industry sectors created by MSCI and Standard & Poor’s, known as the Global Industry Classification Standard (GICS). Within those sectors, we split companies into quartiles by market capitalisation. To avoid double counting the impact of dual listings on the returns, secondary listings were excluded from the analysis.

The ESG scores, which are regionally adjusted by design, were then ranked within these intersections to neutralise sector and size biases. The ESG ranks were then split into quartiles, with the first quartile being the highest-ranking names.

Exhibit 3 shows that the first quartile outperforms the investment universe, delivering an excess return of 1.92 ppt, while the fourth by just 0.19 ppt. However, the first quartile is also more volatile than the rest of the universe – and volatility falls as we look further down the quartiles.

Exhibit 3: Percentage return of MSCI ACWI universe and by quartile

Tackling global challenges while creating value

In a volatile year impacted by the global coronavirus pandemic, the AXA IM Exclusion policies added 3.71 ppt to the benchmark return and did not negatively impact the returns of the opportunity set which has been proxied by the MSCI ACWI. Higher-ranked names in terms of ESG outperformed both the universe and the lower ranked names.

While this analysis cannot be taken as indicative of future performance, it does reinforce our belief that good ESG scores can be a sign of quality and resilience, and not just during periods of volatility, as witnessed in 2020, but more broadly overall.

Fundamentally, we believe ESG analysis – and using this analysis in our investment process and decisions – can potentially lead to more effective investment solutions which not only address global challenges but also create sustainable value for investors. Ultimately, given where society and the planet are now, we anticipate that the popularity of ESG investing is only set to soar.

[1] Sustainable_Funds_Landscape_2021.pdf (morningstar.com)

[2] Sustainable Funds' Record-Breaking Year | Morningstar

[3] Source for all performance data – AXA IM/FactSet as at 31/12/2020 unless stated otherwise

 

This document is for informational purposes only and does not constitute investment research or financial analysis relating to transactions in financial instruments as per MIF Directive (2014/65/EU), nor does it constitute on the part of AXA Investment Managers or its affiliated companies an offer to buy or sell any investments, products or services, and should not be considered as solicitation or investment, legal or tax advice, a recommendation for an investment strategy or a personalized recommendation to buy or sell securities.

It has been established on the basis of data, projections, forecasts, anticipations and hypothesis which are subjective. Its analysis and conclusions are the expression of an opinion, based on available data at a specific date.

All information in this document is established on data made public by official providers of economic and market statistics. AXA Investment Managers disclaims any and all liability relating to a decision based on or for reliance on this document. All exhibits included in this document, unless stated otherwise, are as of the publication date of this document.

Furthermore, due to the subjective nature of these opinions and analysis, these data, projections, forecasts, anticipations, hypothesis, etc. are not necessary used or followed by AXA IM’s portfolio management teams or its affiliates, who may act based on their own opinions. Any reproduction of this information, in whole or in part is, unless otherwise authorised by AXA IM, prohibited.

Investissement responsable

China green bonds: Seeking harmonisation in a sector that could boost the climate change fight

As part of AXA IM’s commitment to fighting climate change, we aim to be a leading investor in the green bond market. We have already put to work more than €10bn in green bonds[1] and we want to continue supporting and improving an asset class that, we believe, can be a crucial part of the world’s ambition to reduce emissions and limit global warming. As part of this, we see a major role for Chinese green bond issuance and consider the sector to be a great opportunity to widen our investment universe.

The Chinese green bond market has grown rapidly since its debut in late 2015. It is a similar trend to that we have seen for the green bond market globally, and China has quickly become the world’s largest issuer of green bonds and second largest market in terms of issuance volume. We believe that this momentum is very likely to continue over the medium term – especially as green bonds represent an important tool for Beijing to achieve its 2060 carbon neutrality objective[2].

Figure 1: Rapid growth in China green bond issuance

From an analytical and evaluation perspective, we believe that assessing the quality and credibility of Chinese onshore green bonds is a quite different exercise than for green bonds from other geographies. First, because green bond standards and practices in China differ from those used globally. Second, because onshore issuances in China may miss some of the key elements and criteria that we use in the AXA IM’s green bond assessment framework[3] to conduct a proper, comprehensive analysis.

We are looking to establish strong and constructive relationships with Chinese issuers and underwriting banks, to make sure that our expectations for green bonds are well understood. We are also closely working with our Asia-based colleagues to ensure that our analysis is properly conducted, and in a timely manner – despite time zone and language issues. Our research highlights that there is a need for:

  • Harmonisation of Chinese and global green bond standards
  • Improved dialogue and transparency between Chinese issuers and investors
  • Establishment and disclosure of a clear sustainability strategy and objectives from Chinese green bond issuers

Discrepancies between Chinese and global green bond standards

Green bonds are usually governed by guidelines, notably those defined by the International Capital Markets Association (ICMA) and its Green Bond Principles[4]. These are “voluntary process guidelines that recommend transparency and disclosure and promote integrity in the development of the green bond market by clarifying the approach for issuance of a green bond”.

The principles are based on four components: Use of proceeds; process for project evaluation and selection; management of proceeds and reporting.

It is also worth mentioning the Climate Bonds Initiative (CBI) standard, which is inspired by the principles, as well as the upcoming European Union Green Bond Standard which is very likely to be based on components of the same. At AXA IM, we have integrated these principles within our internal green bond assessment framework. All in all, the principles have played a crucial role in the development of the green bond market, and the bulk of green bond issuers align with them when coming to the market.

In China, however, green bonds guidelines differ depending on the type of issuer:

  • Financial green bonds – from policy banks and financial institutions which follow the People’s Bank of China’s (PBoC) rules
  • Enterprise green bonds – from state-owned companies that follow the National Development and Reform Commission’s (NDRC) rules
  • Corporate green bonds – from private listed companies which adhere to the China Securities Regulatory Commission (CSRC) rules

As highlighted in Figure 2, when we compare the ICMA’s principles with the various regulations in China, we see many significant differences in terms of requirements and expectations for issuers. In our view, this can lead to confusion amongst market participants, and this is why we are calling for a harmonisation of Chinese and global green bond standards. Discussions have already started between market players, and AXA IM has been a part of that process – and we will of course continue to play our part in helping to harmonise green bond practices across geographies.

Figure 2: Comparison of Chinese green bond standards with the ICMA principles

Beyond discrepancies in green bonds guidelines, there is another key difference we have observed in China’s market, around transparency and dialogue between issuers and investors. We evaluated 20 Chinese onshore green bonds against AXA IM’s internal criteria. For none of these have we been given the chance to interact directly with the issuer – either before or after issuance. We also have seen that Chinese issuers rarely conduct roadshow exercises, which reduces the ability for green bond investors to engage with them. Looking globally, we met with around 70% of the green bonds issuers assessed.

We believe that a direct dialogue with issuers allows us to dig deep into their sustainability ambitions and green bond frameworks and so it is key to ensure that our analysis is comprehensive and not compromised by disclosure issues. This is the main reason behind our second call – investors must pursue improved transparency and better dialogue with Chinese green bond issuers.

Chinese onshore green bonds and AXA IM’s assessment framework

As part of efforts to drive improvements in the green bond industry, AXA IM developed a proprietary assessment framework for green bonds. This integrates the components of the ICMA Green Bond Principles, and is based around the following pillars:

  1. The ESG quality and strategy and the issuer
  2. The use of proceeds and process for project selection
  3. The management of proceeds
  4. Impact reporting

Despite the differences in terms of green bond standards and practices between the Chinese onshore and global green bond market, we have decided to stick to our rigorous assessment criteria for Chinese onshore green bonds. Regardless of issuers’ sectors or geographies, we want to invest only in high-quality, impactful green bonds. The analysis we conducted on Chinese onshore green bonds highlighted aspects where we see room for improvement for issuers – in particular on the first, second and fourth pillars of our assessment framework.

Figure 3: Refining the universe of Chinese Green Bonds

Seeking improvements in ESG strategy and sustainability ambitions

We expect green bond issuers to align their overall business model with the goals of the Paris Agreement on climate change and a global warming scenario below +2°C of pre-industrial times. Having insights about issuers’ climate change strategy is key for us to better understand the consistency and the rationale behind issuing a green bond. For Chinese onshore green bond issuers, only four out of the 16 we analysed established clear forward-looking objectives aimed at reducing their environmental footprint.

This does not mean that we rush to exclude their green bonds, but we urge Chinese issuers to set and disclose clear climate strategies, and establish related forward-looking targets. This would only strengthen the rationale and the message behind Chinese onshore green bonds. We also believe that Chinese issuers need to set ambitious climate targets to demonstrate they will play their part in achieving China’s 2060 net-zero commitment. This is at the heart of our call for the establishment and disclosure of a clear sustainability strategy and objectives from Chinese green bond issuers.

Use of proceeds and process for project selection

The differences in green taxonomies do not make it impossible for us to identify the type of green projects and their quality for Chinese onshore green bonds. We have found that the level of transparency is generally high enough on the green assets that will be financed. We nevertheless expect a bit more colour around the eligibility criteria for green projects from Chinese issuers.

The biggest issue we see on the use of proceeds issue lies around the requirements for the share of proceeds that must go to green projects, as highlighted in Figure 2. We systematically excluded from our green investments the Chinese onshore green bonds for which less than 100% of the proceeds are earmarked for green assets. One of our key eligibility criteria for green bonds is that issuers commit to use the totality of the proceeds to finance green projects, as defined within their frameworks.

Impact reporting

We also expect green bond issuers to publish impact reports and to provide investors with impact metrics related to the funded projects. Once again, and as shown in Figure 2, standards on reporting for Chinese onshore green bonds differ depending on the type of issuer, which can raise issues when it comes to AXA IM’s green bond assessment framework – even though the ICMA principles do not require but only encourage impact reporting.

That being said, we were happy to see that most of the Chinese onshore green bonds we reviewed did provide impact metrics – generally in the pre-issuance documentation. Still, the absence of a commitment to provide impact reporting was a key reason to exclude three Chinese onshore green bonds out of the 20 we reviewed from our green investments.

Our ambitions for Chinese onshore green bonds

While we have highlighted areas of improvement for Chinese onshore green bond issuers, this should be taken as advice and feedback to issuers rather than criticism. At AXA IM, we are convinced that Chinese onshore green bonds represent a major opportunity with regards to our climate ambitions. Even if these only represent a tiny part of our overall green bond investments at the moment, we are willing to become a significant investor in the Chinese green bond market.

As described above, we believe that harmonising Chinese and global green bond standards, while improving dialogue and transparency between Chinese green bond issuers and investors, will help us to achieve our ambitions. This will also be helped by Chinese issuers setting and disclosing clear sustainability strategies and objectives. We continue to pursue a leadership role in the green bonds sector and will bolster our engagement with the stakeholders of the Chinese onshore green bond market as we seek to ensure it will evolve in the right direction – as it has already started to do.

[1] https://www.axa-im.com/content/-/asset_publisher/alpeXKk1gk2N/content/axa-im-reaches-e2-82-ac13bn-milestone-in-green-social-and-sustainability-bonds-and-unveils-a-strengthened-framework-to-assess-such-investments/23818

[2] https://www.axa-im.com/documents/20195/859236/China+-+Financing+the+Green+transformation+20210429+en.pdf/f77d1b95-085d-27e7-963d-42d18975f798?t=1619681584599

[3] https://www.axa-im.com/documents/20195/607482/Green+Bonds+Framework-interactif.pdf/35fae6ef-2b24-7b4c-fcbc-632e62ef9356?t=1620145968829

[4] https://www.icmagroup.org/assets/documents/Regulatory/Green-Bonds/Green-Bonds-Principles-June-2018-270520.pdf 

This document is for informational purposes only and does not constitute investment research or financial analysis relating to transactions in financial instruments as per MIF Directive (2014/65/EU), nor does it constitute on the part of AXA Investment Managers or its affiliated companies an offer to buy or sell any investments, products or services, and should not be considered as solicitation or investment, legal or tax advice, a recommendation for an investment strategy or a personalized recommendation to buy or sell securities.

Due to its simplification, this document is partial and opinions, estimates and forecasts herein are subjective and subject to change without notice. There is no guarantee forecasts made will come to pass. Data, figures, declarations, analysis, predictions and other information in this document is provided based on our state of knowledge at the time of creation of this document. Whilst every care is taken, no representation or warranty (including liability towards third parties), express or implied, is made as to the accuracy, reliability or completeness of the information contained herein. Reliance upon information in this material is at the sole discretion of the recipient. This material does not contain sufficient information to support an investment decision.

Issued in the UK by AXA Investment Managers UK Limited, which is authorised and regulated by the Financial Conduct Authority in the UK. Registered in England and Wales, No: 01431068. Registered Office: 22 Bishopsgate, London, EC2N 4BQ.

In other jurisdictions, this document is issued by AXA Investment Managers SA’s affiliates in those countries.

© 2021 AXA Investment Managers. All rights reserved

Investissement responsable

Can ESG screening provide a buffer for fixed income investors?

The unprecedented monetary and fiscal stimulus put in place by governments and policymakers worldwide has supported bond markets for much of 2020 and 2021, but fixed income investors have faced challenging, volatile times nonetheless.

We have previously identified that within equities, removing stocks with poor performance around environmental, social and governance (ESG) factors delivered a markedly better performance than the benchmark index in 2020.

Our research also suggests that ESG screening may be able to help provide a buffer for fixed income portfolios and could add significant downside risk protection for returns. Importantly, it also appears that applying such screening – as investors increasingly want to invest responsibly alongside their financial objectives – does not impact the potential ability for fixed income portfolios to outperform the broader market.

Our analysis of the ICE BofA Global Corporate Index in 2020 found that excluding bond issuers with a poor ESG profile allowed a simulated portfolio to perform in line with the market, while a simulated portfolio consisting purely of ESG leaders – bond issuers with the best ESG profiles, according to our methodology outlined below – outperformed the market by 65 basis points (bps) over the year.

Below, we outline how our findings suggested that ESG-focused investors, on average, may have been able to cushion their portfolios from downside risk and generate higher returns during a tumultuous year.

Excluding poor ESG performers appeared to mitigate downside risk

At AXA IM we employ a screening policy across the vast majority of our assets under management and exclude companies that fall into certain categories. In our view, a key part of responsible investing is avoiding issuers with high ESG-related risks.

These include controversial weapons, climate risk, ecosystem protection and deforestation, as well as soft commodities, where we aim to avoid short-term financial instruments which may contribute to price inflation in staples such as wheat, rice, or soy. We call these our Sectorial policies.

In addition, our ESG Standards policy has additional exclusions based on severe controversies, white phosphorous, tobacco and low ESG quality.

Alongside these exclusions, we also applied our proprietary ESG scoring methodology to the ICE BofA Global Corporate Index (G0BC) and removed securities that scored below two out of 10. Overall, these actions removed approximately 7% of the benchmark universe.

We assessed performance on a month-by-month basis using excess returns data at security level, as well as monthly rebalancing at sector level to ensure that weight, spread duration and average spread of each allocation closely matched that of the market, to remove credit beta bias.

Our analysis found that the performance of this simulated portfolio throughout 2020 was closely aligned to that of the benchmark universe, with less than one basis point difference in return profile over the full year (see Exhibit 1). The largest monthly difference of 9bps was in March 2020 – a particularly challenging month for fixed income, when the 10-year US Treasury yield hit a record low and the Federal Reserve slashed US interest rates and announced a series of emerging lending programmes to buy corporate debt. 

ESG leaders outperformed significantly

We then looked to ESG leaders. We took the ICE BofA Global Corporate Index as before, applied our AXA IM Exclusions and Standards policies and filtered for securities scoring seven or higher according to our ESG Scoring methodology. This removed about 75% of the benchmark universe, leaving only the issuers that we would consider leaders in responsible investing.

Once again, we assessed performance on a month-by-month basis using excess returns data at security level. We rebalanced portfolios monthly at sector level, ensuring that weight, spread duration and average spread of each allocation were tilted to align with the benchmark as closely as was reasonably possible, with spread duration typically +/-0.1 years and average spread +/- 5bps. For certain sectors – notably autos and leisure, given the limited number of securities in scope – the thresholds were larger. The overall portfolio spread duration and average spread were again closely matched at +/- 0.05 years and +/-0.5bps.

Our analysis of 2020 showed that the simulated portfolio outperformed the benchmark by 65bps over the year, with the greatest monthly outperformance in April when bond markets recovered following central bank intervention. 

Addressing global challenges while aiming to create sustainable value

While effort was made to remove the embedded biases within our scoring methodology, it is still possible that the process used to align sector profiles meant that we tilted our portfolios to longer-dated, high-spread names to compensate for the excluded credit beta; and with the credit curve flattening through 2020, longer-dated names would be expected to outperform.

It may also be the case that high ESG scores act in part as a signal of strong management and effective long-term strategy, as much as they do for ESG quality.

While this data shows performance in 2020, no two years are the same, and past performance should never be used as an indicator of future returns. From analysing the excess performance of the universe after exclusions, compared to the benchmark, we can conclude that applying ESG and responsible investing screening to our portfolios does not appear to impact the ability to outperform the broader market, and at the same time could add significant protection against ESG and responsible investing related risks.

Fundamentally, we believe ESG analysis in fixed income as well as equities – and using this analysis in our investment process and decisions – can not only allow clients to align their portfolios with investment solutions that address global challenges, but also aim to create sustainable value for investors.

 

 

 

This document is for informational purposes only and does not constitute investment research or financial analysis relating to transactions in financial instruments as per MIF Directive (2014/65/EU), nor does it constitute on the part of AXA Investment Managers or its affiliated companies an offer to buy or sell any investments, products or services, and should not be considered as solicitation or investment, legal or tax advice, a recommendation for an investment strategy or a personalized recommendation to buy or sell securities. 

It has been established on the basis of data, projections, forecasts, anticipations and hypothesis which are subjective. Its analysis and conclusions are the expression of an opinion, based on available data at a specific date. 
All information in this document is established on data made public by official providers of economic and market statistics. AXA Investment Managers disclaims any and all liability relating to a decision based on or for reliance on this document. All exhibits included in this document, unless stated otherwise, are as of the publication date of this document. 
Furthermore, due to the subjective nature of these opinions and analysis, these data, projections, forecasts, anticipations, hypothesis, etc. are not necessary used or followed by AXA IM’s portfolio management teams or its affiliates, who may act based on their own opinions. Any reproduction of this information, in whole or in part is, unless otherwise authorised by AXA IM, prohibited. 

This document is for informational purposes only and does not constitute investment research or financial analysis relating to transactions in financial instruments as per MIF Directive (2014/65/EU), nor does it constitute on the part of AXA Investment Managers or its affiliated companies an offer to buy or sell any investments, products or services, and should not be considered as solicitation or investment, legal or tax advice, a recommendation for an investment strategy or a personalized recommendation to buy or sell securities.

It has been established on the basis of data, projections, forecasts, anticipations and hypothesis which are subjective. Its analysis and conclusions are the expression of an opinion, based on available data at a specific date.

All information in this document is established on data made public by official providers of economic and market statistics. AXA Investment Managers disclaims any and all liability relating to a decision based on or for reliance on this document. All exhibits included in this document, unless stated otherwise, are as of the publication date of this document.

Furthermore, due to the subjective nature of these opinions and analysis, these data, projections, forecasts, anticipations, hypothesis, etc. are not necessary used or followed by AXA IM’s portfolio management teams or its affiliates, who may act based on their own opinions. Any reproduction of this information, in whole or in part is, unless otherwise authorised by AXA IM, prohibited.

Gilles Guibout, responsable des actions européennes chez AXA IM, commente l’évolution des marchés actions en Europe en juillet et les perspectives pour les semaines à venir

En juillet, la publication de données économiques chinoises inférieures aux attentes, la pression réglementaire exercée par Pékin sur les valeurs technologiques et la résurgence rapide de l’épidémie de Covid ont fait craindre un ralentissement de la croissance mondiale et ont provoqué un mouvement d’aversion au risque avec une baisse des taux d’intérêt à 10 ans. Aux Etats-Unis, l’ampleur de cette baisse s’est trouvée accentuée par des éléments techniques - concrètement l’absence d’émission nouvelle alors que la banque centrale a maintenu inchangé son programme de rachat - et a offert un soutien aux marchés actions qui profitaient de publications semestrielles dans l’ensemble supérieures aux attentes et qui apparaissent comme la seule alternative de placement liquide.

Sur le mois, le DJ Eurostoxx dividendes réinvestis avance de 1,46%. Si, dans une certaine mesure, les variations de taux sont encore une fois l’un des principaux facteurs explicatifs des performances sectorielles, les nombreuses publications de résultats semestriels ont pu accentuer cette mécanique. Ainsi, les secteurs de l’énergie, de l’automobile et de la finance pâtissent des craintes de ralentissement et de la baisse des taux, tandis qu’à l’inverse le secteur de la technologie retrouve les faveurs des investisseurs porté par de très bons résultats et des perspectives de croissance toujours favorables.

Au cours des prochaines semaines, à la faveur de la trêve estivale, les marchés actions pourraient être volatils compte tenu de volumes traditionnellement plus faibles. L’évolution de la situation sanitaire continuera sans nul doute d’animer le marché, mais ce sont très certainement les déclarations des banquiers centraux réunis à Jackson Hole en fin de mois qui devraient être au centre de l’attention des investisseurs, afin d’y déceler les prochaines évolutions du rythme de rachat d’actifs par la banque centrale. Face à une économie droguée aux injections monétaires et aux plans de soutien, le sevrage s’avère particulièrement délicat et peut entraîner des réactions soudaines et violentes.

Ainsi nous semble-t-il important de maintenir une bonne diversification afin de pouvoir faire face à un éventuel changement brutal de scénario macroéconomique.

Nous continuons d’être sélectifs dans notre choix de valeurs et privilégions toujours les sociétés offrant un réel potentiel de croissance du chiffre d’affaires et/ou des marges, seule garantie, selon nous, de la capacité à générer des résultats et verser des dividendes dans la durée.

Contacts

Hélène Caillet

+33 1 44 45 88 06

helene.caillet@axa-im.com

Julie Marie

+33 1 44 45 50 62

julie.marie@axa-im.com

Servane Taslé

+33 6 66 58 84 28

servane@steelandholt.com

À propos d’AXA Investment Managers

AXA Investment Managers (AXA IM) est un gestionnaire d’actifs responsable qui investit activement sur le long terme pour la prospérité de ses clients, de ses collaborateurs et de la planète.

Avec environ 866 milliards d’euros d’actifs sous gestion à fin juin 2021, notre gestion de conviction nous permet d’identifier les opportunités d’investissement que nous considérons comme les meilleures du marché à l’échelle mondiale dans les différentes classes d’actifs alternatives et traditionnelles.

AXA IM est un leader sur le marché de l’investissement vert, social et durable, avec 574 milliards d’euros d’actifs intégrant des critères ESG, durables ou à impact, à fin mars 2021.

Nous nous sommes engagés à atteindre l’objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2050 pour l’ensemble de nos actifs, et à intégrer les considérations ESG dans nos activités, de la sélection des titres à notre culture d’entreprise en passant par la façon dont nous gérons nos opérations au quotidien. Nous souhaitons apporter de la valeur à nos clients grâce à des solutions d’investissement responsables, tout en suscitant des changements significatifs pour la société et l’environnement.

A fin décembre 2020, AXA IM emploie plus de 2 440 collaborateurs dans le monde, répartis dans 27 bureaux et 20 pays. AXA IM fait partie du Groupe AXA, un leader mondial de l’assurance et de la gestion d’actifs.

Consultez notre site internet : www.axa-im.com

Suivez-nous sur Twitter @AXAIM et @AXAIM_FR

Suivez-nous sur LinkedIn

Visitez notre espace presse : www.axa-im.com/fr/media-centre

Publié par AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – 6, place de la Pyramide – 92908 Paris La Défense cedex. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-08 en date du 7 avril 1992. S.A. au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.

Ce communiqué de presse ne doit pas être considéré comme une offre, une sollicitation, une invitation ou une recommandation à souscrire un service ou produit d’investissement et est fourni à titre d’information uniquement. Aucune décision financière ne doit être effectuée sur la base des informations fournies. Ce communiqué de Presse est émis à la date indiquée. Il ne constitue pas une publicité financière telle que définie par le droit français. Il est émis dans un but d’information. Les performances passées ne sauraient préjuger des résultats futurs. Les opinions exprimées ne constituent pas un conseil en investissement, ne représentent pas nécessairement les opinions de l’une des sociétés du Groupe AXA Investment Managers et sont susceptibles de changer sans préavis.  Nous ne faisons aucune déclaration ni n’offrons aucune garantie explicite ou implicite (y compris à l’égard de tiers) quant à l’exactitude, la fiabilité ou l’exhaustivité des informations contenues dans ce document. Toute mention de stratégie n'est pas destinée à être promotionnelle et n'indique pas la disponibilité d'un véhicule d'investissement.

Deux minutes

Deux minutes pour s’informer sur les marchés financiers

Que faut-il retenir ?

Les indices Dow Jones et S&P 500 ont battu de nouveaux records la semaine dernière, portés par les annonces de solides bénéfices des entreprises. Toutefois, une estimation préliminaire du PIB américain au deuxième trimestre (T2) est ressortie à 6,5 %, un taux annualisé inférieur aux prévisions consensuelles de 8,5 %, principalement en raison d'un ralentissement des investissements et d'une hausse des importations. Parallèlement, la Réserve fédérale a laissé ses taux d'intérêt et ses achats d'actifs inchangés, déclarant que l'économie américaine avait « progressé ». Certains analystes estiment que la banque centrale est sur le point d'annoncer la date à laquelle elle commencera à réduire ses achats d'obligations, mais nous pensons pour l'heure qu'elle ne le fera pas avant décembre.

Dans le monde

Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé ses prévisions de croissance du PIB mondial pour 2022 de 0,5 point à 4,9 %, tout en mettant en garde contre l'émergence d'une reprise à deux vitesses. Bien que la prévision de croissance pour 2021 ait été maintenue à 6 %, le FMI a déclaré que l'accès aux vaccins avait créé une ligne de fracture entre les économies développées et celles en développement. La révision à la hausse de sa prévision pour 2022 s'explique notamment par l'amélioration des perspectives des États-Unis, qui, selon le FMI, reflètent la mise en place probable de nouvelles mesures de relance au second semestre. Par ailleurs, l'estimation préliminaire officielle du PIB de la zone euro révèle que l'économie européenne a progressé de 2 % au T2 en glissement trimestriel, un chiffre supérieur à la prévision initiale de 1,5 %.

 

Le chiffre de la semaine

4 milliards de tonnes 

La Chine a lancé le plus grand marché d'échange de droits d'émission de carbone au monde, réunissant plus de 2 000 centrales électriques responsables de plus de quatre milliards de tonnes d'émissions de dioxyde de carbone. Lors de la première journée, ce sont 4,1 millions de tonnes de quotas de dioxyde de carbone qui ont changé de mains pour une valeur totale de 210 millions RMB (32 millions USD). Le système suit un modèle de plafonnement et d'échange selon lequel les émetteurs se voient attribuer des quotas d'émission jusqu'à une limite déterminée, puis échangent ou achètent des quotas selon qu’ils restent en deçà ou au-delà de cette limite.

 

Éclairage

Jour du Dépassement

Le Jour du Dépassement marque chaque année le jour où l’humanité est censée avoir consommé l’ensemble des ressources biologiques que la planète est capable de régénérer en un an. Mis à part durant l'année 2020, cette date est de plus en plus précoce à mesure que la crise climatique s'aggrave. Cette année, elle est tombée le jeudi 29 juillet. À partir de cette date et pour le reste de l'année, l'humanité vit essentiellement « à crédit », consommant plus de ressources naturelles que la Terre n'en produit, et les investisseurs responsables sont vivement encouragés à faire leur possible pour que cette date recule.

Prochaines échéances

Une série de données PMI (indices des directeurs d'achat) sera publiée cette semaine, à commencer lundi par l'indicateur manufacturier Markit de juillet pour la zone euro et les États-Unis, suivi mercredi des données composites concernant le bloc européen et la première économie mondiale. La Banque d'Angleterre rendra jeudi sa décision concernant les taux d'intérêt, tandis que tous les regards seront tournés vendredi vers les derniers chiffres du chômage aux États-Unis suite à la publication des chiffres de l'emploi non agricole. En juin, l’économie américaine a créé quelque 850 000 emplois, son taux de croissance le plus élevé depuis 10 mois.

 

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information. Il ne constitue ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement. Il a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.
 
Ainsi, compte tenu du caractère subjectif et indicatif de ces analyses, nous attirons votre attention sur le fait que l'évolution effective des variables économiques et des valorisations des marchés financiers pourrait s'écarter significativement des indications (projections, estimations, anticipations et hypothèses) qui vous sont communiquées dans ce document. En outre, du fait de leur simplification, les informations contenues dans ce document peuvent n’être que partielles. Elles sont susceptibles d'être modifiées sans préavis et AXA Investment Managers n’est pas tenu de les mettre à jour systématiquement.
 
Toutes ces données ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques, et de marché. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, ont été établi à la date de publication de ce document.
 
Les destinataires de ce document s’engagent à ce que l'utilisation des informations y figurant soit limitée à la seule évaluation de leur intérêt propre en considération des stratégies visées. Toute reproduction partielle ou totale des informations ou du document est soumise à une autorisation préalable expresse de la Société.
 
Rédacteur : AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – 6, place de la Pyramide – 92908 Paris La défense cedex. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-08 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506

Analyses et stratégies d’investissement

Edito Juillet - Delta négatif

Points clés

  • La "vague delta" nuit à la rapidité de la reprise. Pourtant, l'impact de chaque vague sur l'activité économique a été inférieur à celui de la précédente. Il est probable que l'on retrouve le même schéma cette fois-ci.
  • L'approche prudente des banques centrales, même face à des chiffres d'inflation spectaculaires aux États-Unis, se trouve justifiée. Il est plus difficile de trouver le bon dosage pour la politique budgétaire.
  • Les taux obligataires ont défié les attentes et devraient continuer de baisser au troisième trimestre, sous l'effet de facteurs techniques et macroéconomiques ainsi que de la confiance. Les pressions à la baisse devraient durer tout l'été avant que les événements de septembre ne permettent aux rendements d'augmenter en fin d'année.

Ce n’est pas fini tant que ce n’est pas fini

Le succès de la réouverture des économies a toujours été dépendant de l'issue de la course entre les vaccins et l'émergence de variants plus agressifs. Même dans les pays où la vaccination a été plus rapide, l'immunité collective n’avait pas encore été atteinte au début de l'été. La pression pour lever les restrictions était naturellement forte, et des décisions de normalisation rapides ont fait repartir les nouvelles contaminations dans certains pays, notamment au Royaume-Uni, qui sert une fois de plus de « cobaye » pour les autres pays développés. Bien que plus de 50% de la population y ait été vaccinée à deux reprises et qu'il soit clairement établi que les vaccins offrent une protection élevée contre les formes graves de la maladie, la pression sur le système de santé britannique s'accroît. Le fait que le centre américain de contrôle des maladies (CDC) ait déconseillé de se rendre au Royaume-Uni témoigne du niveau d'inquiétude. Plus généralement, la saison touristique, si cruciale pour les pays d'Europe du Sud, est désormais compromise. Dans ce contexte, il est compréhensible que le marché action en prenne note, les investisseurs revoyant à la baisse leurs prévisions d'une normalisation complète au second semestre 2021.

Mais tout n'est pas si sombre. Dans la plupart des économies avancées, chaque nouvelle vague a eu un impact moindre sur l'activité économique que la précédente. Il y a de bonnes raisons de penser que le même schéma s'appliquera à celle-ci. L'une des principales évolutions dans ce domaine est l’adaptation progressive des restrictions au statut vaccinal. Cela soulève toutes sortes de questions juridiques et politiques, mais le fait d'autoriser la poursuite des activités dépendantes du contact pour les personnes entièrement vaccinées éliminera la nécessité d'interdictions générales dans les principaux secteurs de services déjà durement touchés lors des précédentes vagues. La France et l'Italie ont clairement choisi cette voie. Un effet secondaire très positif de cette approche est que de nombreuses personnes qui hésitaient jusqu'à présent à se faire vacciner sont désormais fortement incitées à le faire, favorisant les progrès vers l'immunité collective.

Il sera cependant impossible d’éviter tous les effets négatifs sur la trajectoire de croissance. Au-delà des décisions gouvernementales, l’impact d’une nouvelle vague sur l’activité dépend des comportements individuels. Les mesures d’évitement de précaution, qui seront probablement adoptées même par certaines personnes vaccinées, affecteront probablement les activités pour lesquelles un contact est nécessaire. Du côté de l’offre, des difficultés devraient vraisemblablement persister, ne serait-ce qu’en conséquence des politiques de dépistage et de traçage qui contraignent des employés à s’isoler (au Royaume-Uni l’impact est déjà perceptible dans des secteurs clefs comme la vente au détail ou les transports). Au-delà des industries domestiques, la résurgence des craintes liées à la pandémie devrait venir rappeler que dans bien des régions le taux de vaccination reste trop bas pour être en mesure d’écrêter véritablement une nouvelle vague. C’est bien sûr le cas dans de nombreux pays émergents, mais certaines économies avancées comme le Japon et l’Australie sont dans la même situation. Cela affectera la capacité de normalisation du commerce mondial.

La “vague Delta” justifie la prudence des banques centrales. La communication plutôt « colombe » de la Réserve Fédérale (Fed), qui subissait de plus en plus de pression compte tenu des chiffres spectaculaires d’inflation ces derniers mois, est désormais pleinement validée. Les ruptures d’approvisionnement pourraient continuer à pousser les prix à la hausse dans certains secteurs, mais les marchés semblent avoir intégré la nature spécifique et transitoire de ces chocs. L’opinion que l’inflation devrait par conséquent suivre une trajectoire en bosse sur 2021/2022 – notre hypothèse de départ – devient très consensuelle. En Europe, la Banque Centrale Européenne (BCE) devrait communiquer sur les perspectives de sa politique en cohérence avec les conclusions de sa revue stratégique, en se basant davantage sur les résultats : elle devra observer une accélération réelle et persistante de l’inflation sous-jacente avant de décider d’une quelconque normalisation de sa politique, et non plus juste une inflexion de ses prévisions.

Alors que nous pouvons toujours compter sur un soutien important des politiques monétaires – avec un retrait de ce support qui pourrait être reporté en fonction de l’impact du variant Delta – trouver le bon réglage des politiques budgétaires pourrait s’avérer plus compliqué. Avec la réouverture complète depuis le printemps, les gouvernements se préparaient à stopper leurs programmes d’urgence, qui ont protégé le revenu des foyers et les finances des entreprises dans les secteurs les plus touchés. Dans une situation d’entredeux, avec des mesures de restriction mais pas d’interdiction complète, les gouvernements pourraient hésiter à prolonger ces programmes une fois de plus. De ce point de vue, le Royaume-Uni va une nouvelle fois fournir une expérience intéressante (il est à ce stade prévu que son régime chômage partiel soit arrêté).

Le provisoire est-il durable ?

Les investisseurs continuent de s'interroger sur l'évolution du rendement des titres de e dette publique. Les anticipations de hausse des taux ont été repoussées au deuxième trimestre, avec une baisse des taux réels depuis la fin du mois de mars et une réduction des anticipations d'inflation depuis la fin du mois d'avril. Il semble probable que les pressions à la baisse se maintiennent pendant l'été, avant qu'une succession de décisions en septembre – notamment un signal de la Fed sur une réduction de son rythme d’achat de titres, l'adoption de nouveaux programmes de dépenses et un relèvement du plafond de la dette – ne permettent aux taux de remonter en fin d'année. Nos signaux de valorisation suggèrent que le taux à 10 ans du Trésor américain se négocie en dessous de sa juste valeur à hauteur de 30 à 40 points de base. Une confluence de facteurs a contribué au repli persistant des rendements depuis le premier trimestre : facteurs macroéconomiques, techniques et psychologiques. Certains de ces facteurs devraient persister à court terme.

Les finances des ménages et, de manière plus générale, la demande sous-jacente semblent être en mesure de soutenir une dynamique économique supérieure à la normale jusqu'à la fin de l'année. Mais l'émergence du variant Delta constitue un frein à la réouverture, qui varie selon les économies. Les pays où les taux de vaccination sont élevés tendent à laisser le variant se propager ; l’impact sur l’activité devrait y être relativement léger, même si des perturbations du côté de l’offre et un comportement de précaution accru viendront entraver la croissance. Les pays où les taux de vaccination sont plus faibles pourraient devoir imposer des restrictions plus strictes afin de limiter la propagation, avec un impact bien plus élevé sur la croissance. Les contraintes d'approvisionnement pèsent également sur le rythme du rebond économique, reflétant des problèmes à court terme sur les marchés du travail, les matières premières et les puces à semi-conducteurs, par exemple. L'impasse politique aux États-Unis a encore réduit l'ampleur prévisible d'un soutien budgétaire supplémentaire de la part de l'administration Biden. Nous attendons plus de clarté sur l'avancement d'un programme budgétaire après l'été.

La contraction du compte général du Trésor a ajouté une couche supplémentaire de liquidités en plus de celles provenant du programme d'assouplissement quantitatif de la Fed. Bien qu'une grande partie de ces liquidités soit retournée au bilan de la Fed par le biais de prises en pension, il est peu probable qu'elles y restent de manière permanente, ce qui suggère qu'un flux important de liquidité continuera à circuler dans le système. Cela exerce une pression à la baisse sur les taux obligataires américains, laquelle pourrait persister pendant la majeure partie du troisième trimestre. En outre, les taux des obligations d’Etat américaines restent attrayants pour les investisseurs étrangers même en intégrant le coût de couverture de change, offrant environ 1% de rendement supplémentaire par rapport aux Bunds à 10 ans, un autre facteur qui devrait rester en place pendant l'été. Dans le même temps, l'offre de titres américains devrait rester limitée jusqu'à ce que le plafond de la dette soit relevé à nouveau cet été (l'offre nette de titres d’Etat américains est tombée à zéro après les achats de la Fed ce printemps). Même si cet effet devrait commencer à se dissiper en septembre, les marchés des obligations américaines resteront sous-approvisionnés pendant l'été.

Le « roll-down » punitif et le portage négatif qui ont découragé le positionnement à découvert au début deuxième trimestre en raison de la tension de la courbe des taux américains ont été réduits après un aplatissement de la courbe notable. De plus, le positionnement des investisseurs institutionnels semble être revenu à un niveau neutre et une grande partie des positions de vente spéculatives ont été liquidées lorsque les taux américains ont continué à baisser début juillet. Un positionnement vendeur limité peut ouvrir la voie à une trajectoire haussière des taux. Enfin, la baisse abrupte des taux au cours de la première semaine de juillet peut avoir eu un effet négatif sur le ratio de couverture des fonds de pension, entraînant l'achat de bons du Trésor à longue maturité en guise de couverture.

En dépit de certaines baisses récentes, les actifs risqués ont bien résisté à la diminution des taux. En dehors des scénarios de risques extrêmes, nous restons constructifs sur le crédit jusqu'à la fin de l'année. Les faibles taux d'intérêt et les stabilités des bénéfices devraient soutenir les fondamentaux, entraînant un désendettement via le dénominateur (dette/bénéfices). En outre, les cycles de défaut des anges déchus (fallen angels) touchent à leur fin et le relèvement des notations constitue un soutien pour les rendements des portefeuilles de crédit. De même, les marchés actions sont soutenus par les politiques monétaires et budgétaires et le rebond des bénéfices conformément aux attentes des analystes pour 2021. Les perspectives de bénéfices pour 2022 sont confrontées à des vents contraires en raison du variant Delta, mais elles restent bien orientées au total. La rotation en faveur des valeurs value par rapport aux valeurs de croissance s'est interrompue au deuxième trimestre, les taux réels ayant reculé aux niveaux du début de 2021. Nous pensons toutefois qu'elle pourrait reprendre au quatrième trimestre, conformément à nos prévisions de taux plus élevés.

AVERTISSEMENT

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/UE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considérée comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.

Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives.

Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers.

Ni MSCI ni aucun autre tiers impliqué dans ou associé à la composition, au calcul ou à la création des données MSCI ne font aucune déclaration ni n’offrent aucune garantie expresse ou implicite quant à ces données (ou aux conséquences de leur utilisation), et l’ensemble desdits tiers décline expressément par les présentes toute responsabilité concernant l'originalité, l’exactitude, l'exhaustivité, la conformité de tout ou partie de ces données. Sans limitation de ce qui précède, MSCI, ses filiales ou tout autre tiers impliqué dans ou associé à la composition, au calcul ou à la création des données ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables d'aucuns dommages directs, indirects, spéciaux, punitifs, consécutifs ou autres (y compris les pertes encourues) même si l'éventualité de ces dommages leur a été signifiée. Toute reproduction ou distribution des données MSCI est interdite, sauf consentement exprès et écrit de MSCI.

Rédacteur : AXA Investment Managers – Tour Majunga, La Défense 9, 6 place de la Pyramide, 92800 Puteaux. Société anonyme immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 393 051 826.

Analyses et stratégies d’investissement

Fit for 55: A carbon pricing upheaval

Key points

  • The European Commission (EC) has unveiled a suite of measures, known as ‘Fit for 55’, to help deliver the European Union (EU)’s Green Deal objective of at least a 55% reduction in greenhouse gas emissions from 1990 levels by 2030.
  • The core of the proposals relies on carbon pricing. In this report, we explore the underlying mechanisms of the EU Emissions Trading System (ETS) and the Carbon Border Adjustment Mechanism (CBAM).
  • Phase 4 of the EU ETS revision (2021-2030) introduces more ambitious emissions reduction targets, extends the system to aviation and shipping and creates a new ETS scheme for fuels in road transport and buildings.
  • The EC also proposed phasing in a CBAM from 2023 to 2026. This would apply to sectors with a high risk of carbon leakage – iron and steel, cement, fertiliser, aluminium and electricity generation.
  • Carbon pricing also raises revenues. We discuss the different initiatives proposed by the EC to increase its financing capacity and smooth the financial impact on the most vulnerable households.

This document is for informational purposes only and does not constitute investment research or financial analysis relating to transactions in financial instruments as per MIF Directive (2014/65/EU), nor does it constitute on the part of AXA Investment Managers or its affiliated companies an offer to buy or sell any investments, products or services, and should not be considered as solicitation or investment, legal or tax advice, a recommendation for an investment strategy or a personalized recommendation to buy or sell securities.

It has been established on the basis of data, projections, forecasts, anticipations and hypothesis which are subjective. Its analysis and conclusions are the expression of an opinion, based on available data at a specific date.

All information in this document is established on data made public by official providers of economic and market statistics. AXA Investment Managers disclaims any and all liability relating to a decision based on or for reliance on this document. All exhibits included in this document, unless stated otherwise, are as of the publication date of this document.

Furthermore, due to the subjective nature of these opinions and analysis, these data, projections, forecasts, anticipations, hypothesis, etc. are not necessary used or followed by AXA IM’s portfolio management teams or its affiliates, who may act based on their own opinions. Any reproduction of this information, in whole or in part is, unless otherwise authorised by AXA IM, prohibited.

Issued in the UK by AXA Investment Managers UK Limited, which is authorised and regulated by the Financial Conduct Authority in the UK. Registered in England and Wales No: 01431068. Registered Office: 22 Bishopsgate London EC2N 4BQ

In other jurisdictions, this document is issued by AXA Investment Managers SA’s affiliates in those countries.

Vues d’Iggo

Getting hot?

Worries about the economy overheating appear to have been overdone as the delta variant reminds us that the battle with the pandemic is far from over. Bond yields have responded accordingly and investors should prepare for the possibility that the US 10-year yield will hit 1% again soon. Meanwhile the planet is overheating and climate disorder is very evident. Carbon reduction will become one of the most important investment strategies as investors respond to the urgency of combatting climate change. 

Recovery still the story  

The macro narrative remains one of a post-pandemic recovery. However, recently markets have been reflecting concerns about growing COVID case numbers as the Delta variant becomes dominant and what that might mean for the pace of re-opening, the effect on supply of goods and labour and renewed pressures on healthcare provision. The good thing is that in developed economies, vaccination rates have risen strongly in recent months and the evidence is that, on the whole, vaccines provide protection against serious illness. So despite some wobbles, equity and credit markets continue to reflect a positive macro outlook.

Policy on hold 

Monetary policy remains supportive and markets are still only fully pricing in a first rate hike in the US at the beginning of 2023. Moreover, concerns around inflation appear to have eased. The 5-year/5-year forward break-even inflation rate derived from the US Treasury Inflation Protected Securities markets (TIPS) has fallen by 30 basis points (bps) since it peaked in May. The bond market is saying that the US economy is not overheating. 

Rates remain low and could go lower 

So it looks like long-term bond yields will remain low for some time. Real yields have fallen below -1% again and with inflation expectations coming off the boil, this has meant a sharp fall in nominal US Treasury yields during the last month. There are technical factors impacting bond pricing – namely the fact that the US Federal Reserve is buying more bonds than are being issued by the Treasury on a net basis. I would also repeat the strength of US bank buying of Treasuries as well. Of course, summer illiquidity is adding to a bit of volatility in rates markets but the trend is lower 10-year yields. I would not rule out Treasury yields testing the 1% level in the weeks ahead.

Equities still provide a risk premium 

Lower for longer rates, ongoing QE, potentially more US fiscal stimulus, huge household savings – these are the ingredients for further positive returns from equity markets which reflect growth and benefit from positive relative valuations compared to fixed income. In my opinion, mapping asset valuations to fundamentals suggests that rates (government bonds) are the most over-valued because of central bank buying related distortions, followed by credit where spreads probably don’t compensate for longer-term credit risks, and then equities which reflect a powerful earnings cycle. 

Risks - pandemic

It is worth going through an exercise of thinking about the risks. Earlier in the year it was inflation and either early Fed tightening or a policy mistake that was seen to be the biggest risk, but central banks seem confident that they can navigate the “transitory” rise in inflation. Perhaps we should focus on some other risks. One might be that the pandemic is far from being under control and that the relaxation of non-pharmaceutical interventions is raising the risk of new variants that will test the efficacy of the 2020 vintage of COVID vaccines. The rapid acceleration of the Delta variant is certainly causing alarm in government and public health circles. Here in the UK, the test-and-trace system is going into overload as a result of Delta, with massively disruptive implications for businesses who face shortages of workers being forced to self-isolate. This continued pandemic risk is likely to be a recurring source of “risk-off” events in the financial markets until more and more countries can reach herd immunity and the risk of further mutations is thus reduced.

Risks - climate 

Something which is clearly not under control is climate change. Just in July, the world registered record high temperatures in North America and catastrophic flooding in Europe and China. There is a growing sense that government complacency is not addressing the urgent need to slow CO2 emissions. A focus on limiting the upfront costs of the energy transition risks much bigger costs later on in terms of disruption to economies, social systems and the natural environment. It’s easy to see how climatic events impact on economic activity and – potentially – investor confidence in the outlook. The checklist of policy initiatives really needs to include an acceleration in the growth of renewable energy; increased infrastructure spending to facilitate the shift to electric powered transportation; more funding for research and development of technology to address the hard to abate levels of economic activity; tax incentives for carbon offset projects and tax increases for carbon consumption. There is a social aspect too. Education has a role to play as CO2 reduction targets won’t be met if the public doesn’t get the message and change some behaviour accordingly.  Within the financial industry, carbon reduction strategies are becoming increasingly important, helping to facilitate the energy transition.

Long-term trends to ponder 

The long-term investment outlook has to consider what the lasting implications of the pandemic and the urgency of the climate crisis will be. Some of the things that spring to mind include the notion that peak air travel is well and truly behind us until an economically scalable sustainable alternative to jet fuel is developed. Another is that the working from home genie is not going back in the bottle. The machismo displayed by some financial institutions insisting on full time back in the office is unlikely to be the norm across the private sector. Thus, there are long-term implications for urban planning and infrastructure spending, on the demand for smart-housing and on how much households spend on leisure relative to commuting. On the financial side, blockchain technology is likely to lead to changes in bank operating models, on payments systems and potentially even on financial instruments like equity and mutual funds. Decentralising all kinds of activity has become desirable and achievable which has huge organisational implications.

Need to adapt

The growth opportunities lie in companies that are disruptive, that embrace new technologies and show flexibility in managing their human capital. Most companies need to be transitioning to become more sustainable and investors will facilitate that by their ability to allocate capital and their role in engaging with the management of companies as equity owners and creditors. Unfortunately, I am not so enthusiastic that governments will lead the way when politicians remain focused on the electoral cycle and ideological vanity projects. The EU stands a good chance with its overarching plans for net zero and green infrastructure plans. In contrast, bipartisanship in the US and what appears increasingly like incompetence in the UK risk policy not being able to meet the needs of adapting quickly to a more sustainable future. 

Nearly 

I was mostly joking when I last wrote this note about England’s prospects in the Euro 2020 championship. In the end, the team did very well and really had good opportunities to beat Italy in the final. Penalties are harsh, as my French and Spanish colleagues will agree. It was a great tournament and I can’t wait for the season to start in August. But before then I hope everyone can enjoy summer, at home or away. 

This document is for informational purposes only and does not constitute investment research or financial analysis relating to transactions in financial instruments as per MIF Directive (2014/65/EU), nor does it constitute on the part of AXA Investment Managers or its affiliated companies an offer to buy or sell any investments, products or services, and should not be considered as solicitation or investment, legal or tax advice, a recommendation for an investment strategy or a personalized recommendation to buy or sell securities. 

It has been established on the basis of data, projections, forecasts, anticipations and hypothesis which are subjective. Its analysis and conclusions are the expression of an opinion, based on available data at a specific date. 
All information in this document is established on data made public by official providers of economic and market statistics. AXA Investment Managers disclaims any and all liability relating to a decision based on or for reliance on this document. All exhibits included in this document, unless stated otherwise, are as of the publication date of this document. 
Furthermore, due to the subjective nature of these opinions and analysis, these data, projections, forecasts, anticipations, hypothesis, etc. are not necessary used or followed by AXA IM’s portfolio management teams or its affiliates, who may act based on their own opinions. Any reproduction of this information, in whole or in part is, unless otherwise authorised by AXA IM, prohibited. 

Deux minutes

La Fed se veut rassurante après la flambée des prix, et le rythme de croissance de la Chine ralentit

Que faut-il retenir ?

Les marchés internationaux ont cédé du terrain en début de semaine dernière sur fond de crainte d'un ralentissement de la reprise économique lié à l'augmentation du nombre de cas de contamination, avant de rebondir par la suite. Les États-Unis et le Japon figurent parmi les pays où une hausse des cas liés au variant delta a été observée, et les inquiétudes sont de plus en plus vives quant au risque que les Jeux olympiques de Tokyo n'aggravent la crise sanitaire. Les marchés se sont néanmoins redressés en fin de semaine, les excellents résultats annoncées par plusieurs leaders sectoriels ayant suscité un regain d'optimisme quant à la reprise. L'indice MSCI World NR est resté globalement inchangé durant la semaine précédant la clôture de jeudi1.

1 En dollars US. Source : Factset, données au 22 juillet 2021

Dans le monde

La Banque centrale européenne (BCE) a laissé ses taux d'intérêt à leur niveau historiquement bas lors de sa réunion de la semaine dernière, déclarant qu'elle comptait maintenir ses taux directeurs « à leur niveau actuel ou à un niveau inférieur » jusqu'à ce que l'inflation atteigne 2 % à moyen terme. Conformément à son récent examen stratégique, la BCE a ajusté son objectif d'inflation et vise désormais un objectif symétrique de 2 %. Elle a également indiqué que son programme d'achats d'urgence face à la pandémie, d'un montant de 1 850 milliards d'euros, se poursuivrait vraisemblablement « à un rythme nettement plus élevé que durant les premiers mois de l'année ».

 

Le chiffre de la semaine

2 %

Seuls 2 % des 16 000 milliards de dollars de dépenses publiques mondiales destinées à soutenir l'économie durant la pandémie ont été affectés à la transition vers une énergie propre. Dans un nouveau rapport, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) constate que ce montant est « nettement inférieur à celui nécessaire pour remplir les objectifs climatiques internationaux ». Compte tenu des plans de relance actuels prévus par les États, l'AIE estime que les émissions de dioxyde de carbone atteindront des niveaux record en 2023 et qu'elles continueront à augmenter au cours des années suivantes. Elle préconise une enveloppe globale de 1 000 milliards de dollars pour des mesures en faveur des énergies propres.


Éclairage

Courbe en S : trajectoire de croissance marquée par un lent démarrage suivi d'une période de croissance rapide, avant un nouveau ralentissement à mesure que l'entreprise, le produit ou l'économie gagne en maturité. Les courbes en S sont caractéristiques des périodes d'innovation technologique, durant lesquelles les utilisateurs pionniers font place à une adoption plus large d'un produit ou d'un service, et où la croissance ralentit par la suite à mesure que la demande se stabilise. Dans un rapport publié récemment, la coalition We Mean Business prévoit que l'adoption des véhicules électriques à l'échelle mondiale suivra une courbe en S.

 

Prochaines échéances

Lundi seront communiqués les indices préliminaires des directeurs d'achats du mois de juillet concernant le Japon. L'indice S&P Case-Shiller des prix de l'immobilier aux États-Unis sera publié mardi, et la Réserve fédérale américaine se réunira mercredi pour décider de l'évolution des taux d'intérêt. Une estimation anticipée de la croissance du PIB aux États-Unis au deuxième trimestre (T2) sera publiée jeudi, de même qu'une série d'enquêtes concernant la zone euro, dont les indices de confiance des ménages et du climat économique. Enfin, une estimation préliminaire de la croissance du PIB de la zone euro au T2 sera communiquée vendredi, de même que le taux de chômage de juin dans la région.

 

 

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information. Il ne constitue ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement. Il a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.
 
Ainsi, compte tenu du caractère subjectif et indicatif de ces analyses, nous attirons votre attention sur le fait que l'évolution effective des variables économiques et des valorisations des marchés financiers pourrait s'écarter significativement des indications (projections, estimations, anticipations et hypothèses) qui vous sont communiquées dans ce document. En outre, du fait de leur simplification, les informations contenues dans ce document peuvent n’être que partielles. Elles sont susceptibles d'être modifiées sans préavis et AXA Investment Managers n’est pas tenu de les mettre à jour systématiquement.
 
Toutes ces données ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques, et de marché. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, ont été établi à la date de publication de ce document.
 
Les destinataires de ce document s’engagent à ce que l'utilisation des informations y figurant soit limitée à la seule évaluation de leur intérêt propre en considération des stratégies visées. Toute reproduction partielle ou totale des informations ou du document est soumise à une autorisation préalable expresse de la Société.
 
Rédacteur : AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – 6, place de la Pyramide – 92908 Paris La défense cedex. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-08 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506

Key points

  • COVID-19 again haunts markets – the delta strain gains.
  • A large re-opening recovery is underway. Yet virus re-emergence and supply-chain constraints are taking the shine off the pace of rebound.
  • Inflation is rising synchronously, driven by base effects, commodities and bottlenecks. Mostly expectations remain well anchored suggesting a transitory rise.
  • Some developed markets’ central banks are reducing asset purchases; the Federal Reserve remains “a ways” from such an announcement.
  • Technicals and positioning account for lower yields, although recent dips suggest risk-off delta fears.
  • Credit and equity remain well supported, although value-growth rotation in equity has reversed on lower yields. We prefer euro credit spreads to US.

Download the full slide deck of our July Investment Strategy

This document is for informational purposes only and does not constitute investment research or financial analysis relating to transactions in financial instruments as per MIF Directive (2014/65/EU), nor does it constitute on the part of AXA Investment Managers or its affiliated companies an offer to buy or sell any investments, products or services, and should not be considered as solicitation or investment, legal or tax advice, a recommendation for an investment strategy or a personalized recommendation to buy or sell securities. 

It has been established on the basis of data, projections, forecasts, anticipations and hypothesis which are subjective. Its analysis and conclusions are the expression of an opinion, based on available data at a specific date. 
All information in this document is established on data made public by official providers of economic and market statistics. AXA Investment Managers disclaims any and all liability relating to a decision based on or for reliance on this document. All exhibits included in this document, unless stated otherwise, are as of the publication date of this document. 
Furthermore, due to the subjective nature of these opinions and analysis, these data, projections, forecasts, anticipations, hypothesis, etc. are not necessary used or followed by AXA IM’s portfolio management teams or its affiliates, who may act based on their own opinions. Any reproduction of this information, in whole or in part is, unless otherwise authorised by AXA IM, prohibited. 

Deux minutes

Deux minutes pour s’informer sur les marchés financiers

Que faut-il retenir ?

L'inflation américaine a atteint son plus haut niveau depuis 13 ans, ravivant ainsi les craintes de voir la Réserve fédérale relever ses taux d'intérêt plus tôt que prévu. La nouvelle a provoqué un recul du S&P 500, qui avait atteint un nouveau record en début de semaine. En juin, l'indice des prix à la consommation a augmenté de 5,4 % sur 12 mois aux États-Unis, son taux le plus élevé depuis août 2008, en partie sous l'effet de la hausse des prix des véhicules d'occasion et du pétrole. De leur côté, les prix à la production ont enregistré leur plus forte hausse annuelle depuis plus de dix ans. Le président de la Fed, Jerome Powell, a reconnu que l'inflation avait été plus forte et plus persistante que prévu et a indiqué que la banque centrale se tenait prête à relever ses taux pour contenir la hausse des prix. Il a cependant souligné à plusieurs reprises la conviction de la Fed selon laquelle l'inflation restera transitoire.

Dans le monde

La reprise économique chinoise s'est poursuivie au deuxième trimestre (T2), avec une croissance du PIB de 7,9 % par rapport à la même période l'an passé. Le rythme de la croissance a toutefois été plus lent que les 8,1 % attendus par le marché et contraste fortement avec l'expansion de 18,3 % observée au T1. Les chiffres relatifs aux ventes au détail, à la production industrielle et aux exportations ont tous augmenté plus vite que prévu en juin et le pays reste, selon les analystes, bien placé pour atteindre une croissance annuelle d'environ 6 %. De son côté, la banque centrale du Japon a ramené ses prévisions de PIB à 3,8 % (contre 4 % précédemment) pour l'exercice en cours, mais a revu à la hausse ses prévisions pour l'an prochain, qui passent de 2,4 à 2,7 %.

Le chiffre de la semaine

1 %

La production industrielle dans la zone euro a chuté de 1 % en mai par rapport à avril, une baisse plus importante que prévu liée aux goulets d'étranglement de l'offre et à la baisse de la production de biens de consommation tels que les produits alimentaires et les vêtements. La production de biens d'équipement, tels que les machines, a quant à elle reculé de 1,6 %, signe potentiel d'une baisse de la production à l'avenir.

Éclairage

Fit for 55 : l'Union européenne (UE) a dévoilé une série de nouvelles propositions visant à atteindre son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 55 % par rapport aux niveaux de 1990 à l'horizon 2030. Baptisé « Fit for 55 » (« Paré pour 55 »), ce plan est considéré comme le plus ambitieux jamais élaboré par l'UE pour lutter contre le changement climatique. Il prévoit l'extension du système novateur d'échange de quotas d'émission de l'UE et l'introduction d'un mécanisme d'ajustement carbone aux frontières. Il prévoit également des limites plus strictes en matière d'émissions des véhicules, une taxe sur les carburants d'aviation et de nouveaux objectifs visant à accroître l'utilisation des énergies renouvelables. Ce plan devra être validé par les 27 États membres de l'Union européenne et pourrait rencontrer une certaine opposition de la part des pays fortement dépendants du charbon.

Prochaines échéances

Les chiffres de mai concernant l'activité du secteur de la construction dans la zone euro seront publiés lundi et seront suivis, mardi, des chiffres de l'inflation japonaise pour le mois de juin. Mercredi sera publié le procès-verbal de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque du Japon, tandis que la Banque centrale européenne se réunira jeudi pour fixer ses taux d'intérêt. Enfin, le dernier baromètre Gfk de confiance des consommateurs au Royaume-Uni sera publié vendredi, de même que les indices préliminaires des directeurs d'achats concernant les États-Unis, le Royaume-Uni et la zone euro.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information. Il ne constitue ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement. Il a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.
 
Ainsi, compte tenu du caractère subjectif et indicatif de ces analyses, nous attirons votre attention sur le fait que l'évolution effective des variables économiques et des valorisations des marchés financiers pourrait s'écarter significativement des indications (projections, estimations, anticipations et hypothèses) qui vous sont communiquées dans ce document. En outre, du fait de leur simplification, les informations contenues dans ce document peuvent n’être que partielles. Elles sont susceptibles d'être modifiées sans préavis et AXA Investment Managers n’est pas tenu de les mettre à jour systématiquement.
 
Toutes ces données ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques, et de marché. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, ont été établi à la date de publication de ce document.
 
Les destinataires de ce document s’engagent à ce que l'utilisation des informations y figurant soit limitée à la seule évaluation de leur intérêt propre en considération des stratégies visées. Toute reproduction partielle ou totale des informations ou du document est soumise à une autorisation préalable expresse de la Société.
 
Rédacteur : AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – 6, place de la Pyramide – 92908 Paris La défense cedex. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-08 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506

Analyses et stratégies d’investissement

Unpacking Made in China

Key points

  • China’s status as the world’s factory and top exporter has come under intense pressure from the Sino-US trade war and a global pandemic that has disrupted supply chains
  • But instead of weakening its position, these adversities have been turned into advantages, with China actually gaining market share by broadening its export scope and strengthening its supply chain network
  • The growing resilience of the “world’s factory” follows a transformation of China’s domestic production system from cost-based competition to skills-and-technology-based
  • The rapid emergence of China as a manufacturing and export powerhouse has reshaped the landscape of global trade. Developed countries, led by Japan – and to a lesser extent the US – have lost market share to China in medium-and high-skilled segments
  • Yet, rising production costs have eroded China’s competitiveness in some labour-intensive industries in recent years, where Vietnam has made the most gains
  • However, constrained by its small size and reliance on China’s provision of critical inputs, Vietnam is unlikely to fully replace China as the world’s factory, but could continue to thrive as a partner in China’s supply chain ecosystem

This document is for informational purposes only and does not constitute investment research or financial analysis relating to transactions in financial instruments as per MIF Directive (2014/65/EU), nor does it constitute on the part of AXA Investment Managers or its affiliated companies an offer to buy or sell any investments, products or services, and should not be considered as solicitation or investment, legal or tax advice, a recommendation for an investment strategy or a personalized recommendation to buy or sell securities.

It has been established on the basis of data, projections, forecasts, anticipations and hypothesis which are subjective. Its analysis and conclusions are the expression of an opinion, based on available data at a specific date.

All information in this document is established on data made public by official providers of economic and market statistics. AXA Investment Managers disclaims any and all liability relating to a decision based on or for reliance on this document. All exhibits included in this document, unless stated otherwise, are as of the publication date of this document.

Furthermore, due to the subjective nature of these opinions and analysis, these data, projections, forecasts, anticipations, hypothesis, etc. are not necessary used or followed by AXA IM’s portfolio management teams or its affiliates, who may act based on their own opinions. Any reproduction of this information, in whole or in part is, unless otherwise authorised by AXA IM, prohibited.

Issued in the UK by AXA Investment Managers UK Limited, which is authorised and regulated by the Financial Conduct Authority in the UK. Registered in England and Wales No: 01431068. Registered Office: 22 Bishopsgate London EC2N 4BQ

In other jurisdictions, this document is issued by AXA Investment Managers SA’s affiliates in those countries.

AXA IM nomme Frédéric Clément en tant que Directeur global des Ressources Humaines

AXA Investment Managers (AXA IM) annonce la nomination de Frédéric Clément en qualité de Directeur global des Ressources Humaines. Il remplace Amélie Watelet qui rejoint AXA France en tant que Directrice des Ressources Humaines. Basé à Paris, Frédéric Clément reportera à Godefroy de Colombe, Global Chief Operating Officer, et rejoindra le Management Board.

Marco Morelli, Executive Chairman d’AXA IM, a déclaré : « Je pense que la nomination d'Amélie chez AXA France témoigne de ses grandes qualités professionnelles et personnelles. Je suis très heureux pour elle et je tiens à la remercier chaleureusement pour sa contribution à l’activité d’AXA IM depuis cinq ans. Je me réjouis d’accueillir Frédéric au sein d’AXA IM. Il connait très bien AXA et a occupé différentes fonctions globales dans le domaine des RH au sein du Groupe ainsi que dans d’autres entreprises et secteurs. Sous le leadership de Godefroy, je suis convaincu qu’il nous apportera beaucoup, tant aux équipes RH qu’à notre équipe de direction. »

Ces changements seront effectifs à partir du 1er septembre 2021.

Contacts

Hélène Caillet

+33 1 44 45 88 06

helene.caillet@axa-im.com

Julie Marie

+33 1 44 45 50 62

julie.marie@axa-im.com

Servane Taslé

+33 6 66 58 84 28

servane@steelandholt.com

Biographie :

Frédéric Clément sera Directeur global des Ressources Humaines d’AXA IM à partir du 1er septembre 2021. Depuis 2018, il dirige les activités liées à l’intégration chez AXA XL. Ces dernières comprennent calendrier global d’intégration, le suivi et l’exécution des synergies, la communication et les interdépendances entre les différentes fonctions. Auparavant, Frédéric a occupé différentes fonctions dans le domaine des RH, telles que Global Head of Compensation & Benefits & International Mobility d’AXA entre 2013 et 2018, Director of HR, Communication & Corporate Affairs d’AXA Bank Europe entre 2011 et 2013, après avoir été Global Head of Reward d’AXA de 2007 à 2011.

Avant de rejoindre le Groupe AXA, Frédéric a été consultant chez Towers Watson et Accenture.
Frédéric est diplômé de l’ESC Troyes et détient un mastère spécialisé de ESCP Business School de Paris.

À propos d’AXA Investment Managers

AXA Investment Managers (AXA IM) est un gestionnaire d’actifs responsable qui investit activement sur le long terme pour la prospérité de ses clients, de ses collaborateurs et de la planète.

Avec environ 869 milliards d’euros d’actifs sous gestion à fin mars 2021, notre gestion de conviction nous permet d’identifier les opportunités d’investissement que nous considérons comme les meilleures du marché à l’échelle mondiale dans les différentes classes d’actifs alternatives et traditionnelles.

AXA IM est un leader sur le marché de l’investissement vert, social et durable, avec 574 milliards d’euros d’actifs intégrant des critères ESG, durables ou à impact, à fin mars 2021.

Nous nous sommes engagés à atteindre l’objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2050 pour l’ensemble de nos actifs, et à intégrer les considérations ESG dans nos activités, de la sélection des titres à notre culture d’entreprise en passant par la façon dont nous gérons nos opérations au quotidien. Nous souhaitons apporter de la valeur à nos clients grâce à des solutions d’investissement responsables, tout en suscitant des changements significatifs pour la société et l’environnement.

A fin décembre 2020, AXA IM emploie plus de 2 440 collaborateurs dans le monde, répartis dans 27 bureaux et 20 pays. AXA IM fait partie du Groupe AXA, un leader mondial de l’assurance et de la gestion d’actifs.

Consultez notre site internet : www.axa-im.com

Suivez-nous sur Twitter @AXAIM et @AXAIM_FR

Suivez-nous sur LinkedIn

Visitez notre espace presse : www.axa-im.com/fr/media-centre

Publié par AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – 6, place de la Pyramide – 92908 Paris La Défense cedex. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-08 en date du 7 avril 1992. S.A. au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.

Ce communiqué de presse ne doit pas être considéré comme une offre, une sollicitation, une invitation ou une recommandation à souscrire à un service ou produit d’investissement et est fourni à titre d’information uniquement. Aucune décision financière ne doit être effectuée sur la base des informations fournies. Ce communiqué de Presse est émis à la date indiquée. Il ne constitue pas une publicité financière telle que définie par le droit français. Il est émis dans un but d’information. Les performances passées ne sauraient préjuger des résultats futurs. Les opinions exprimées ne constituent pas un conseil en investissement, ne représentent pas nécessairement les opinions de l’une des sociétés du Groupe AXA Investment Managers et sont susceptibles de changer sans préavis.  Nous ne faisons aucune déclaration ni n’offrons aucune garantie explicite ou implicite (y compris à l’égard de tiers) quant à l’exactitude, la fiabilité ou l’exhaustivité des informations contenues dans ce document. Toute mention de stratégie n'est pas destinée à être promotionnelle et n'indique pas la disponibilité d'un véhicule d'investissement.

Deux minutes

Deux minutes pour s’informer sur les marchés financiers

Que faut-il retenir ?

La Banque centrale européenne (BCE) a ajusté son objectif d'inflation pour la zone euro et prévu une plus grande flexibilité pour gérer tout dépassement temporaire de cet objectif. Dans le cadre de son premier examen stratégique de politique monétaire depuis 2003, la BCE a déclaré qu'elle viserait désormais un taux d'inflation de 2 % plutôt qu'une inflation « inférieure à, mais proche de, 2 % » (son objectif précédent), tout en précisant qu'elle modifierait son indicateur d'inflation afin d'y inclure le coût du logement. Elle a également fait savoir qu'elle autoriserait certaines périodes temporaires de léger dépassement de l'objectif d'inflation et a annoncé son intention d'intégrer des critères en matière de changement climatique dans ses achats d'obligations d'entreprise. De son côté, la Commission européenne (CE) a proposé une nouvelle norme européenne relative aux obligations vertes qui fixe des règles volontaires pour les émetteurs, l'objectif étant d'instaurer un climat de confiance et de responsabilité en matière d'investissement durable. Parallèlement, la CE a revu à la hausse ses prévisions de croissance pour la zone euro, qui passent à 4,8 % cette année contre 4,3 % prévus en mai.

Dans le monde

Le ton prudent adopté par les autorités monétaires américaines a permis aux indices S&P 500 et Nasdaq de franchir de nouveaux sommets la semaine dernière. Dans le procès-verbal de la dernière réunion du Comité de politique monétaire de la Fed, les responsables ont en effet indiqué que la reprise économique devait encore progresser avant qu'ils envisagent de réduire leurs mesures accommodantes. Toutefois, dans la mesure où les risques d'inflation sont « orientés à la hausse », ils se sont dit prêts à intervenir si ces risques augmentaient. En fin de semaine, le sentiment d'optimisme est retombé face aux préoccupations concernant la croissance économique et les marchés se sont repliés, les demandes d'allocations chômage ayant augmenté de manière inattendue aux États-Unis et la confiance des consommateurs s'étant émoussée. En Chine, les autorités ont indiqué que la banque centrale pourrait réduire son taux de réserves obligatoires (volume de liquidités que les banques doivent détenir en réserve) afin de soutenir l'économie, certains signes témoignant d'un tassement de la croissance.

 

Le chiffre de la semaine

78$

Les prix du pétrole ont grimpé en début de semaine dernière suite à l'échec des pourparlers entre les principaux producteurs. Le baril de Brent a atteint près de 78 dollars lundi, son plus haut niveau depuis 2014, avant de se replier dans le courant de la semaine. Une réunion de l'OPEP+, groupe qui rassemble les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et dix autres pays, aurait été annulée sur fond de désaccord avec les Émirats arabes unis. Le cours du pétrole s'est montré volatil dans le sillage de cette annonce, les opérateurs cherchant à prévoir l'effet de cette décision sur les contraintes existantes en matière d'offre.

Éclairage

Initiative Net Zero Asset Managers
Organisation internationale composée de sociétés de gestion d'actifs qui s’engagent à soutenir l'objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre d'ici 2050, ou plus tôt.
Depuis son lancement en décembre 2020, la participation à l'initiative Net Zero Asset Managers a plus que quadruplé. Elle compte désormais 128 signataires, qui gèrent collectivement 43 000 milliards USD d'actifs. Cela signifie que près de la moitié de tous les actifs du secteur mondial de la gestion d'actifs participent à une initiative visant l'objectif de zéro émission nette.

Prochaines échéances

Les chiffres de l'inflation américaine seront publiés mardi, suivis mercredi par les chiffres de la production industrielle de la zone euro pour le mois de mai, ainsi que par les dernières données concernant l'inflation au Royaume-Uni. Les chiffres du chômage au Royaume-Uni et en Chine seront communiqués jeudi, de même que les chiffres du PIB chinois pour le deuxième trimestre. La Banque du Japon publiera vendredi son rapport de conjoncture trimestriel à l'occasion de sa réunion de politique monétaire. Le même jour seront communiquées les données relatives à l'inflation dans la zone euro.

 

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information. Il ne constitue ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement. Il a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.
 
Ainsi, compte tenu du caractère subjectif et indicatif de ces analyses, nous attirons votre attention sur le fait que l'évolution effective des variables économiques et des valorisations des marchés financiers pourrait s'écarter significativement des indications (projections, estimations, anticipations et hypothèses) qui vous sont communiquées dans ce document. En outre, du fait de leur simplification, les informations contenues dans ce document peuvent n’être que partielles. Elles sont susceptibles d'être modifiées sans préavis et AXA Investment Managers n’est pas tenu de les mettre à jour systématiquement.
 
Toutes ces données ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques, et de marché. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, ont été établi à la date de publication de ce document.
 
Les destinataires de ce document s’engagent à ce que l'utilisation des informations y figurant soit limitée à la seule évaluation de leur intérêt propre en considération des stratégies visées. Toute reproduction partielle ou totale des informations ou du document est soumise à une autorisation préalable expresse de la Société.
 
Rédacteur : AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – 6, place de la Pyramide – 92908 Paris La défense cedex. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-08 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506

Investissement responsable

The market takes up the challenge of the SFDR

The EU Sustainable Financial Disclosure Regulation (SFDR), which has just entered into force, is a watershed for sustainable finance. Initial data shows that the market has issued a prompt response to the regulatory challenge. This immediately turned into a new ground on which to compete.

The sustainable finance action plan launched by the European Commission in spring 20181 includes the fight against greenwashing among its main objectives: this is the practice by which some financial players, but also some companies, try to build an image through the communication of sustainability-focused subjects and in particular the environment, keeping silent on or diverting attention from behaviour that does not correspond to what is declared or reported. Forcing financial operators to put their money where their mouth is, in short, is what is required by a rule under the EU Action Plan which has just entered into force.

A watershed for sustainable finance

On 10 March, EU Regulation 2019/2088 on sustainability-related disclosure in the financial services sector2 came into force, better known as the SFDR (Sustainable Finance Disclosure Regulation). To guarantee savers and in general fair competition in the market, the SFDR requires operators (including asset management companies, pension institutions and insurance companies offering investment products) and financial advisors, to provide transparent communication on the way in which they integrate sustainability principles and criteria into their operations.

The SFDR represents a watershed, as before its introduction there were no specific regulatory obligations to be complied with by those who labelled financial products as sustainable. In particular, the market’s attention has honed in on investment products that fall within the cases set out under Article 8 of the SFDR (products that promote, among other things, environmental or social aspects) and by the more stringent Article 9 (products that have sustainable investments as an objective).

10 March 2021

Date of entry into force of EU Regulation 2019/2088 on sustainability-related disclosure in the financial services sector (Sustainable Finance Disclosure Regulation, or SFDR).

Main provisions of the SFDR:

Article 6 (for all financial operators and consultants).

Transparency on the integration of sustainability risks into the investment process.

Article 8 (for financial products that promote, among other things, environmental or social aspects).

Transparency of the promotion of environmental or social aspects in pre-contractual disclosure.

Article 9 (for financial products that have sustainable investments as their objective).

Transparency of sustainable investments in pre-contractual disclosure.


Source: EU Regulation 2019/2088 of the European Parliament and of the Council on sustainability disclosure in the financial services sector

Ready, set, go! The competition begins…

The advent of the SFDR was accompanied by some critical issues3 that will be expected to be resolved over time. In addition, all the provisions of the SFDR will only become fully operational in 20224, for example those that are second level (L2) concerning the use of specific technical standards (RTS-Regulatory Technical Standard). Nonetheless, the way in which financial operators responded to regulatory obligations immediately attracted great interest5 and began to form a new ground on which to compete.

In Europe, it is estimated that approximately 21% of the financial instruments monitored fall under Articles 8 and 9 of the SFDR, for a value equal to approximately 25% of the total assets under management.

The response from AXA IM

AXA IM was ready for the appointment with the SFDR. As of March 2021, 90% of AXA IM's equity, bond and multi-asset strategies and funds were compliant with Articles 8 and 9 of the SFDR6.

“The SFDR regulation requires us to classify our product range for greater transparency and these figures demonstrate how far advanced AXA IM is in its journey to becoming one of the world’s leading responsible investors.”, said Marco Morelli, Executive Chairman at AXA Investment Managers.

“The regulation also aims to ensure financial market participants take into account sustainability risks and principle adverse impact across the assets they manage, something we had already been doing for many years. Our Responsible Investment framework has significantly developed over time, including our exclusion policies and proprietary ESG scoring methodologies, combined with our active ownership and stewardship initiatives.”

“True ESG integration is now a reality and the era of sustainability is reaching into every asset class and every portfolio. ESG is a critical input to our investment decision making and we are proud of what we have achieved so far and are ambitious in our goals. With already 90% of the assets comprised in our eligible funds and strategies falling into the most demanding and stringent of the EU regulatory requirements, our existing product range further reflects our commitment to sustainable finance. We expect this figure to grow over time as we further develop our sustainable product offering including in our Alternatives product range.”

Sources:
1 Action plan to finance sustainable growth, European Commission, 8 March 2018

2 EU Regulation 2019/2088 of the European Parliament and of the Council on sustainability-related disclosure in the financial services sector

3 ESAs consult on taxonomy-related product disclosures, 17 March 2021

4 Regulation on sustainability-related disclosure in the financial services sector, European Commission

5 ESG: Green, greener, greenest...", Funds Europe, April 2021

6 “AXA IM announces that 90% of its assets under management are classified under Article 8 and 9 of the SFDR.”, AXA IM, 31 March 2021

This document is for informational purposes only and does not constitute investment research or financial analysis relating to transactions in financial instruments as per MIF Directive (2014/65/EU), nor does it constitute on the part of AXA Investment Managers or its affiliated companies an offer to buy or sell any investments, products or services, and should not be considered as solicitation or investment, legal or tax advice, a recommendation for an investment strategy or a personalized recommendation to buy or sell securities.

Due to its simplification, this document is partial and opinions, estimates and forecasts herein are subjective and subject to change without notice. There is no guarantee forecasts made will come to pass. Data, figures, declarations, analysis, predictions and other information in this document is provided based on our state of knowledge at the time of creation of this document. Whilst every care is taken, no representation or warranty (including liability towards third parties), express or implied, is made as to the accuracy, reliability or completeness of the information contained herein. Reliance upon information in this material is at the sole discretion of the recipient. This material does not contain sufficient information to support an investment decision.

Issued in the UK by AXA Investment Managers UK Limited, which is authorised and regulated by the Financial Conduct Authority in the UK. Registered in England and Wales, No: 01431068. Registered Office: 22 Bishopsgate, London, EC2N 4BQ.

In other jurisdictions, this document is issued by AXA Investment Managers SA’s affiliates in those countries. © 2021 AXA Investment Managers. All rights reserved.

Market thinking

Measuring the effect of ¬ diversification into foreign credit

The challenges for investors from the insurance sector are clear, but the solutions sometimes less so. We are living in a world where interest rates will remain low for a considerable time and where the pandemic recovery will likely be uneven and volatile for issuers. In addition, regulation and accounting regimes are constantly evolving while insurers are also expected to be at the forefront of the transition to a new era of sustainability.

This document is for informational purposes only and does not constitute investment research or financial analysis relating to transactions in financial instruments as per MIF Directive (2014/65/EU), nor does it constitute on the part of AXA Investment Managers or its affiliated companies an offer to buy or sell any investments, products or services, and should not be considered as solicitation or investment, legal or tax advice, a recommendation for an investment strategy or a personalized recommendation to buy or sell securities. 

It has been established on the basis of data, projections, forecasts, anticipations and hypothesis which are subjective. Its analysis and conclusions are the expression of an opinion, based on available data at a specific date. 
All information in this document is established on data made public by official providers of economic and market statistics. AXA Investment Managers disclaims any and all liability relating to a decision based on or for reliance on this document. All exhibits included in this document, unless stated otherwise, are as of the publication date of this document. 
Furthermore, due to the subjective nature of these opinions and analysis, these data, projections, forecasts, anticipations, hypothesis, etc. are not necessary used or followed by AXA IM’s portfolio management teams or its affiliates, who may act based on their own opinions. Any reproduction of this information, in whole or in part is, unless otherwise authorised by AXA IM, prohibited. 

Investissement Responsable

Une décennie de transition, troisième partie : Social

Investissement socialement responsable : pourquoi est-ce une bonne opération financière ?

La pandémie a placé l’aspect social de l’investissement ESG sur le devant de la scène. Les préoccupations liées à la protection sociale ont contraint les entreprises à s’évertuer à assurer la sécurité de leurs employés, tandis que les investisseurs réclament une solution équitable pour tous.

Pendant de nombreuses années, le volet « social » de l’investissement ESG a été quelque peu éclipsé par les aspects environnementaux et de gouvernance, mais la pandémie a changé la donne. Cette interruption brutale des activités quotidiennes a mis en lumière diverses problématiques sociales, notamment les systèmes de santé sous pression, la couverture médicale insuffisante, les perturbations sur les chaînes d’approvisionnement, la précarité de l’économie « à la tâche » ainsi que le creusement des inégalités de revenus.

Pour Anne Tolmunen, gérante de portefeuille qui investit dans le progès social chez AXA Investment Managers, la crise est « l’occasion de tirer certaines leçons et de repenser nos pratiques professionnelles. La pandémie a permis de mettre au premier plan le volet social de l’investissement ESG, longtemps négligé ».

Le FMI a démontré que les fortes inégalités de revenus pouvaient peser sur le PIB des pays. Bloomberg Intelligence

L’attention portée récemment aux questions sociales a mis en évidence des écarts considérables. Le High Pay Centre1 a ainsi révélé que les PDG des plus grandes sociétés britanniques avaient gagné plus durant les trois premiers jours de 2021 que ce que le travailleur médian allait gagner tout au long de l’année. Le Fonds monétaire international (FMI) a quant à lui affirmé que les fortes inégalités de revenus pouvaient affaiblir le PIB national, en particulier si la part du revenu détenue par les 20 % les plus riches augmente2.

Les difficultés posées par les confinements ont donné lieu à diverses réactions de la part des employeurs. Certaines entreprises ont par exemple laissé leurs employés se débrouiller tout seuls sans mesures de distanciation physique ni équipement de protection individuelle, tandis que d’autres ont augmenté la rémunération de leur personnel ou renforcé leur couverture santé en reconnaissance des efforts de ces travailleurs de première ligne.

« Certaines entreprises ont également apporté un soutien à leurs fournisseurs en leur accordant des délais de paiement, ajoute Anne Tolmunen. Les comportements vertueux favorisent la loyauté et la productivité. À l’inverse, les personnes qui se sont senties abandonnées par leur entreprise en cette période de crise s’en souviendront également. »

Caroline Moleux, gérante de portefeuille senior pour la stratégie qui investit dans le capital humain chez AXA IM, explique qu’AXA IM s’intéresse aux investissements axés sur le capital humain depuis 2007, car elle estime que les entreprises qui traitent bien leurs employés sont également plus performantes. « Les sociétés qui investissent aujourd’hui pour mener à bien leur transition devraient surperformer demain, prédit-elle. Certes, cela implique des coûts initiaux, mais ceux-ci seront amortis à long terme. »

D’après les recherches de l’organisation à but non lucratif Just Capital, il semblerait que cette théorie se soit confirmée durant le premier trimestre 2020, avec les premiers confinements. Ses travaux révèlent en effet une « forte corrélation entre les entreprises qui offrent une rémunération juste et équitable à leurs employés, des avantages considérables et un bon équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, ainsi qu’un environnement de travail sûr durant la crise et de meilleurs rendements financiers4 ».

Accélération des tendances

Les bouleversements induits par les confinements ont accéléré et mis en lumière la tendance en faveur du télétravail qui résulte de la transformation numérique, de l’automatisation et de la nécessité de décarboner l’économie. La pandémie a démontré que malgré la fermeture des espaces de travail aux quatre coins du monde, de nombreuses entreprises étaient tout à fait en mesure de poursuivre leurs activités par le biais du télétravail, grâce au développement de nouvelles technologies numériques.

Bon nombre d’employés devraient encore pouvoir télétravailler après la réouverture des économies. Cette pratique présente plusieurs avantages pour les employés, notamment un gain de temps et d’argent lié à l’absence de transport. Cela étant, il apparaît de plus en plus clairement que le télétravail présente également des inconvénients, dont un sentiment d’isolement et des répercussions sur la santé mentale. Qui plus est, l’accélération de la transformation numérique et la transition vers une société à faible émission de carbone modifieront les activités ou la manière de travailler de certains employés.

Les entreprises doivent impérativement s’attaquer aux problématiques découlant de ces évolutions, précise Marie Fromaget, analyste ESG chez AXA IM. « Cette transition s’accompagne de nombreuses opportunités, mais aussi de défis importants. On constate un décalage considérable entre les compétences actuellement disponibles et les besoins qu’auront les entreprises à l’avenir. »

Les entreprises doivent mener une transition juste afin que les employés dont les compétences sont devenues obsolètes ou ceux travaillant dans des secteurs qui peinent à décarboner leurs activités ne soient pas laissés de côté. En opérant leur transition de manière juste, les entreprises pourraient ainsi concilier les impératifs a priori incompatibles de deux objectifs de développement durable (ODD) majeurs des Nations Unies : les objectifs n° 13 (Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques) et n° 8 (Travail décent et croissance économique). L’évolution vers une économie propre pourrait attirer jusqu’à 73 000 milliards de dollars d’investissements et créer 28,5 millions d’emplois supplémentaires par rapport à la dépendance continue aux combustibles fossiles5.

« La clé consiste à mettre à profit ses atouts et à permettre à ses employés de monter en compétences plutôt que de se focaliser sur le recrutement externe. Outre la réduction des coûts, cette approche permet également de limiter les risques d’atteinte à la réputation et de motiver le personnel », ajoute Marie Fromaget.

La formation est un pilier de l’engagement d’AXA IM, comme l’explique Caroline Moleux. Beaucoup de secteurs sont soumis à une réglementation très stricte, d’où la nécessité de se former. Cependant, « nous ne nous limitons pas aux obligations légales des entreprises, précise-t-elle. Nous apprécions les entreprises qui déclarent le nombre total d’heures de formation ainsi que d’autres informations facultatives. Dans le cadre de notre stratégie Human Capital, nous nous intéressons particulièrement aux formations relatives à la transformation numérique et à l’automatisation ».

La diversité fait également l’objet d’une attention accrue. « La diversité n’est autre que le reflet du monde dans lequel on vit, déclare Anne Tolmunen. Les entreprises doivent redoubler d’efforts dans le domaine de l’inclusion. Nous examinons attentivement ce que font les entreprises pour offrir un environnement professionnel juste basé sur l’égalité des chances. »

En 2019, les entreprises classées dans le premier quartile en matière de promotion de la diversité ethnique et culturelle ont surperformé celles du quatrième quartile de 36 %, du point de vue de la rentabilité.

McKinsey (19 mai 2020)

Si les questions de genre ont servi de point de départ à la stratégie d’AXA IM axée sur la diversité, cette thématique couvre désormais de nombreux autres aspects. « Les questions de genre servent souvent de déclencheur au changement culturel au sein des entreprises, mais ces dernières ont désormais une vision beaucoup plus globale qui intègre toutes les formes d’inclusion. Une conversation portant sur l’égalité des chances entre les hommes et les femmes peut ainsi amener les entreprises à repenser leurs pratiques de management à l’égard des autres minorités », ajoute Anne Tolmunen.

La diversité : un moteur de performance

Si le fondement éthique de la diversité et de l’inclusion va de soi, on constate que ces pratiques sont également très bénéfiques sur le plan économique. Boston Consulting Group indique que les entreprises du classement Fortune 500 qui comptent au moins trois administratrices affichent un rendement des capitaux propres supérieur de 53 %, tandis que les entreprises dont 30 % des postes de direction sont occupés par des femmes voient leurs marges bénéficiaires augmenter de 6 %. En outre, les entreprises dont les équipes dirigeantes présentent une diversité supérieure à la moyenne génèrent un bénéfice avant intérêts et impôts supérieur de 9 % à celui des entreprises les moins performantes en matière de diversité6.

Les conseillers et les investisseurs institutionnels qui supervisent plus de 3 000 milliards de dollars d’actifs encouragent les entreprises à prendre en compte la diversité ethnique et la diversité hommes-femmes7. « Cela favorise la diversité des idées au sein de l’organisation », indique Anne Tolmunen. « Nous appréhendons tous le monde de manière différente. Lorsque tous les responsables appartiennent à la même école de pensée, le risque de pensée unique se pose. Les études montrent que les décisions prises conjointement par des hommes et des femmes sont meilleures, car elles reposent sur une vision plus globale. »

La stratégie Social Progress d’AXA IM se concentre sur trois piliers, à savoir l’accès, la protection et le progrès. « Ces thématiques trouvent un écho très important, notamment auprès des sélectionneurs de fonds ESG sur les différents marchés », ajoute-t-elle. Initialement axée sur l’autonomisation des femmes, la stratégie a récemment été rebaptisée et son univers d’investissement élargi pour aborder plus largement les ODD des Nations Unies à vocation sociale.

Marie Fromaget est également co-présidente du 30 % Club France Investor Group, une initiative lancée par six des plus grands gérants d’actifs français afin d’inciter les principales entreprises cotées à réserver au moins 30 % des sièges de leurs instances dirigeantes à des femmes d’ici à 2025.

Des données insuffisantes

L’attention moindre dont bénéficient de manière générale les aspects sociaux par rapport aux questions environnementales et de gouvernance s’explique en partie par le manque de données disponibles, d’où l’importance d’effectuer des mesures afin d’impulser des actions concrètes.

« Nous prenons part à plusieurs initiatives afin d’encourager les entreprises à communiquer des données sociales », précise Anne Tolmunen. « Cependant, il n’est pas uniquement question de déclaration. Nous voulons aussi savoir comment les entreprises traitent ces questions. » La gérante ajoute que « les réalités sociales ne peuvent pas se résumer à des chiffres et que les entreprises devront intégrer des analyses qualitatives à leurs rapports ». Bien que certains plans, comme la Workforce Disclosure Initiative, permettent d’améliorer la transparence, il n’en reste pas moins compliqué de faire évoluer les pratiques des entreprises dans ce domaine8.

« Les données publiées sont encore largement insuffisantes », regrette Marie Fromaget. « De nombreuses entreprises n’effectuent aucun suivi de ces données et on observe encore une certaine réticence à publier ces informations. Les entreprises craignent les critiques en cas de mauvaises performances. Or, même la publication de données de piètre qualité est une bonne chose, car elle constitue un premier pas vers le changement ».

Source : BloombergNEF (janvier 2021) (en ce compris la vente d’obligations vertes, sociales et durables, d’obligations liées à la durabilité, d’emprunts vers et d’emprunts liés à la durabilité)

L’investissement social : une tendance durable

L’intérêt porté par les investisseurs aux émissions d’obligations sociales semble parti pour durer comme le montre le montant record d’émissions d’obligations durables, soit 732 milliards de dollars en 2020, dont 147 ont trait aux obligations sociales, un montant multiplié par 7 cette même année. Le lancement de nouveaux produits, tels que la stratégie Optimal Impact d’AXA IM, axée sur les thématiques sociales et environnementales, notamment la santé et le capital humain.8

Les entreprises prennent conscience de l’importance des aspects sociaux et les acteurs du monde des affaires tiennent désormais compte des répercussions sociales de leurs activités et de celles de leurs fournisseurs au niveau Scope 3 (c’est-à-dire, les répercussions liées à la chaîne d’approvisionnement ou à l’utilisation des produits par les clients), comme ce fut le cas avec les émissions de carbone.

Alors que l’Union européenne envisage d’établir une taxonomie sociale qui viendrait s’ajouter à sa taxonomie verte, permettant ainsi de clarifier le concept d’investissement social, le secteur ESG est de plus en plus propice à l’investissement.

« Il apparaît très clairement que les facteurs ESG sont tous interconnectés », conclut Anne Tolmunen. « La santé de la planète se répercute sur le bien-être de la population et sur l’équité sociale, deux composantes de la durabilité ».

Sources :

1. Bloomberg (6 janvier 2021) www.bloomberg.com/news/articles/2021-01-06/u-k-ceos-earn-more-in-days-than-hourly-workers-paid-all-year

2. Bloomberg Intelligence (30 novembre 2020) www.bloomberg.com/professional/blog/even-with-a-vaccine-pandemic-is-top-social-risk-for-countries/

3. RepTrak (27 mars 2020) www.reptrak.com/blog/doing-saying-right-thing-during-crisis-how-businesses-responded-covid19/

4. Just Capital (29 avril 2020) https://justcapital.com/news/just-chart-of-the-week-companies-prioritizing-workers-and-customers-in-coronavirus-crisis-are-outperforming-peers/

5. Yale Environment 360 (20 décembre 2019) https://e360.yale.edu/digest/the-global-price-tag-for-100-percent-renewable-energy-73-trillion

6. Boston Consulting Group (2021) www.bcg.com/capabilities/diversity-inclusion/overview

7. Bloomberg (28 octobre 2020) www.bloomberg.com/news/articles/2020-10-28/investors-overseeing-3-trillion-push-for-board-racial-diversity

8.  BloombergNEF (janvier 2021) www.bloomberg.com/news/articles/2021-01-11/social-bonds-propel-esg-issuance-to-record-732-billion-in-2020

Avertissement

Investir sur les marchés comporte un risque de perte en capital.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considéré comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée. Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives. Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers. L’information concernant le personnel d’AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions au sein d’AXA Investment Managers.

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 421 906 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.

L'économie évolutive

Trois fonds thématiques concentrés sur la robotique, l’économie numérique et la longévité reçoivent le label ISR

Les stratégies d’AXA IM qui investissent dans la robotique, l’économie digitale et la longévité obtiennent le label ISR. Créé en 2016 par le ministère de l’Economie et des Finances, le label ISR constitue un repère unique pour les épargnants souhaitant participer à une économie plus durable. Il permet aux investisseurs de distinguer les fonds d’investissement mettant en œuvre une méthodologie robuste d’investissement socialement responsable (ISR), aboutissant à des résultats mesurables et concrets.

L’obtention de ce label vient récompenser l’engagement et les efforts des équipes de gestion envers une gestion toujours plus responsable. A présent, 42 fonds gérés par AXA IM bénéficient du Label ISR, représentant près de 22 milliards d’euros d’encours sous gestion*. Chez AXA IM, nous entendons poursuivre le développement de notre gamme de fonds durables et responsables. De même, 90 % des actifs sous gestion d’AXA IM sont classés articles 8 et 9 selon la réglementation européenne SFDR**.

Pour rappel, alors que le progrès technologique continue d’augmenter la puissance et l'utilisation de la robotique industrielle pour améliorer l'efficacité, la précision et la sécurité, le fonds d’AXA IM qui investit dans la robotique est positionné sur les 4 sous-thèmes de l'automatisation (automatisation industrielle, transport, santé et outils technologiques) ; il bénéficie d’une stratégie d'investissement non contrainte qui investit activement dans le secteur de la robotique sur les marchés développés et émergents. Il se concentre sur la recherche de sociétés pour lesquelles le développement de cette tendance de long terme devrait générer un impact positif important sur les résultats financiers à moyen et long terme. Ainsi, le fonds vise à tirer parti des tendances de croissance structurelle et de l'évolution démographique.

De la même manière, l’économie numérique est de plus en plus présente dans notre quotidien. Le fonds d’AXA IM qui investit dans l’économie digitale est positionné sur l’ensemble du parcours du consommateur connecté (découverte, décision, distribution, données et outils technologiques) ; il repose sur une stratégie d'investissement non contrainte et activement gérée qui investit de manière thématique dans l'économie numérique sur les marchés développés et émergents. L’équipe de gestion bénéficie d’un large univers d’investissement de sociétés de diverses tailles qui opèrent sur de multiples secteurs et qui ne sont pas toujours représentées dans les indices de valeurs technologiques. La révolution de l'économie digitale commence tout juste, et il apparaît chaque jour à nos analystes et gérants actions de nouveaux segments d’activité.

Aussi, l’allongement de la durée de vie est un phénomène global. Les populations mondiales vieillissent à mesure que l’espérance de vie augmente et que le taux de fécondité diminue. Cette transition se produit beaucoup plus rapidement qu’on ne le pense : en 2018, pour la première fois dans l’histoire, le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus a dépassé celui des enfants de moins de cinq ans, et d’ici à 2050, on prévoit que le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus sera supérieur à celui des personnes de 15 à 24 ans1. Cette situation est source de défis considérables pour les pouvoirs publics, les entreprises et les particuliers. Le fonds d’AXA IM qui investit dans la longévité peut permettre aux investisseurs d’accéder au potentiel de croissance à long terme des entreprises dont les activités couvrent quatre domaines en lien avec les répercussions économiques de la longévité : dépenses des seniors, bien-être, traitements et soins aux personnes âgées.

* Source : AXA IM, encours sous gestion au 31/03/2021.

** Au 31 décembre 2020, les actifs sous gestion en actions, obligations et multi-asset s'élèvent à 587 milliards d'euros dont 460 milliards sont applicables au titre du SFDR. Actifs gérés par les fonds et stratégies éligibles dans les classes d’actifs actions, obligataires et multi-asset, entrant dans le champs d’application du Règlement (UE) 2019/2088 du Parlement Européen et du Conseil du 27 novembre 2019 sur la publication d’informations en matière de durabilité dans le secteur des services financiers. Cette classification repose sur le niveau 1 du Règlement, elle est susceptible d’évoluer lors de l’entrée en vigueur du niveau 2.

(1) Source : Nations Unies, Perspectives de la population mondiale (synthèse 2019)

Les références aux labels, classements et récompenses ne sont pas un indicateur des performances futures ni des places dans les classements ou récompenses futurs. Le label ISR (Investissement Socialement Responsable) est un outil pour choisir des placements responsables et durables. Créé et soutenu par le ministère des Finances, le label a pour objectif de rendre plus visibles les produits d’investissement socialement responsables pour les épargnants en France et en Europe. Chaque fonds est analysé selon des critères précis comme la prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans l’analyse des émetteurs, l’application d’une méthodologie d’analyse et de notation des émetteurs, la prise en compte des critères ESG dans la construction et la vie du portefeuille, l’analyse de la politique d’engagement ESG avec les émetteurs, la transparence dans la gestion du fonds mais aussi la mise en évidence des impacts positifs sur le développement d’une économie durable. Le label est octroyé par Ernst & Young France pour une durée de trois ans. Plus d’informations sur le site www.lelabelisr.fr

Avertissement

Investir sur les marchés comporte un risque de perte en capital.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considéré comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée. Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives. Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers. L’information concernant le personnel d’AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions au sein d’AXA Investment Managers.

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 421 906 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.

Multi Asset

Vues d’allocations d’actifs, Juillet 2021

Dans cette vidéo trimestrielle, Serge Pizem, directeur de la gestion Multi-Asset revient sur la situation économique du deuxième trimestre 2021, l’allocation d’actifs, ses principales convictions et les perspectives des prochains mois.

Avertissement

Investir sur les marchés présente des risques de perte en capital.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/UE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considérée comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.

Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives.

Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers.

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.